S'ils pouvaient communiquer, les panneaux d'arrêt pourraient envoyer des alertes quand ils sont renversés, les aquifères pourraient transmettre des données sur le niveau de l'eau et les lames des chasse-neige laisseraient automatiquement les services d'entretien suivre leur emplacement.

Les technologies qui permettent aux objets d'envoyer et de recevoir des données au moyen de réseaux de communication existent déjà dans l'Internet des objets (IdO) en constante expansion du monde d'aujourd'hui. L'IdO est le terme utilisé pour décrire les réseaux qui en 2016 connectaient environ 6,4 milliards d'objets et d'appareils complexes, y compris les téléphones mobiles, les guichets automatiques, les voitures et même les thermostats domiciliaires.

Les analystes et les futurologues de l'industrie prédisent que des milliards d'autres objets deviendront des IdO au cours des prochaines années, que ce soit des biens de consommation ou des produits commerciaux comme des réfrigérateurs et des tracteurs mais aussi des biens de l'infrastructure publique tels que les panneaux de signalisation, les bouches d’incendie et les lampadaires.

« Mais, comment connectez-vous ces choses? », demande Dan Mathers, président et cofondateur d'Eleven-X, un exploitant de réseau de Waterloo, en Ontario, qui se concentre sur ce qui rend possible l'Internet des objets. « Aujourd'hui, vous vous connectez soit en utilisant un réseau Wi-Fi, soit un réseau cellulaire, mais le problème est que les appareils qui peuvent effectuer la connexion au moyen de ces réseaux utilisent beaucoup d'énergie, et ils ont tendance à être très chers. Donc, si vous avez quelque chose qui est très cher et qui doit être branché à un mur pour être chargé, c'est un obstacle pour le relier à un réseau. »

Dan Mathers, président et cofondateur d'Eleven-X, un exploitant de réseau de Waterloo, en Ontario, qui se concentre sur ce qui rend possible l'Internet des objets.
Comment connectez-vous tous les appareils sur l'Internet des objets, demande Dan Mathers, président et cofondateur d'Eleven-X de Waterloo, en Ontario. Son entreprise détient une solution efficiente.

Connexion à une solution : Eleven-X construit un réseau pour les capteurs à faible puissance

Eleven-X dispose d'une solution : un réseau étendu de faible puissance conçu pour être relié à des capteurs intelligents qui consomment très peu d'électricité et qui sont relativement peu coûteux à fabriquer et à utiliser. En 2016, Eleven-X a construit ce que l'on croit être le premier réseau étendu de faible puissance du Canada, couvrant un grand secteur de Waterloo.

Construit avec des RF (radiofréquence) sans fil LoRa (à longue portée) - qui sont devenues la technologie généralement utilisée pour les plateformes de l'IdO - le réseau fonctionne comme une seule station de base ayant la capacité de pénétrer des milieux urbains denses tout en connectant des capteurs allant jusqu'à 66 kilomètres en régions rurales. Les capteurs qui se connectent au réseau étendu de faible puissance peuvent avoir une durée de vie utile des piles allant jusqu'à 20 ans.

Selon M. Mathers, Eleven-X devrait élargir ce réseau au cours des prochains mois à dix villes canadiennes, dont quatre situées à l'extérieur de la province. Et ce n'est que le début.

« Nous bâtissons un réseau construit spécialement pour l'IdO d'un bout à l'autre du Canada et de l'Amérique du Nord », dit-il. « Grâce à notre réseau, les clients peuvent ajouter la communication à des objets qui n'avaient jamais eu cette fonction auparavant. Mais maintenant, ils peuvent ajouter un capteur alimenté par pile à faible coût et ils peuvent le configurer et l'oublier. »

Des projets pilotes stimulent les innovations de l'IdO dans les secteurs du gouvernement, des affaires et des soins

Eleven-X mène actuellement des projets pilotes dans un certain nombre de municipalités et d'entreprises. Ces projets comprennent la surveillance des poubelles pour une entreprise commerciale privée de collecte des déchets, ainsi que de 10 000 lampadaires pour la ville de Winnipeg, au Manitoba. Eleven-X travaille également avec l'Université de Waterloo, à Waterloo, en Ontario sur les dispositifs pouvant aider les fournisseurs de soins à surveiller plus étroitement les patients souffrant de la maladie d'Alzheimer.

Selon M. Mathers, avoir une structure du réseau en place est essentiel parce que cela encouragera plus de fabricants de matériel à faire des capteurs et d'autres dispositifs de l'IdO qui peuvent fonctionner pendant des années à l'aide d'un jeu de batteries.

« L'élément à faible puissance de la solution touche les dispositifs, et ils ne peuvent pas exister sans le réseau », dit-il.

Le secret? L'emplacement : Le climat d'innovation de l'Ontario est la clé de la croissance d'Eleven-X

Ryan Hickey, chef de la direction et cofondateur d'Eleven-X
Ryan Hickey, chef de la direction et cofondateur d'Eleven-X, déclare que le climat d'affaires innovateur et positif pour les entreprises de Waterloo, en Ontario, a fait toute la différence pour son entreprise. « Ici, le système de soutien est tellement sain pour les entreprises en démarrage », dit-il.

Depuis son lancement en 2014, Eleven-X a dû constamment innover pour faire progresser sa vision d'un avenir de l'IdO, dit M. Ryan Hickey, cofondateur et chef de la direction d'Eleven-X. L'emplacement de l'entreprise en Ontario a été un facteur clé pour sa croissance, qui est passée d'une entreprise en démarrage de trois personnes à une entreprise prospère comptant environ 20 employés.

M. Hickey dit que d'être à Waterloo - un carrefour technologique dynamique qui accueille une célèbre école d'ingénierie ainsi que des géants des technologies comme Google et OpenText - place Eleven-X au centre d'une collectivité très innovatrice ayant une main-d'œuvre hautement qualifiée. Un grand nombre des membres de l'équipe de 20 personnes de l'entreprise, y compris ses fondateurs, ont travaillé chez BlackBerry. Eleven-X attire aussi des étudiants de l'Université de Waterloo dans le cadre du programme coopératif des étudiants de l'Université.

La communauté innovante de Waterloo offre également un laboratoire vivant pour les solutions d'Eleven-X selon M. Hickey.

« Beaucoup d'entreprises innovantes vont essayer notre technologie et nous donner une rétroaction », dit-il.

Une région et une province qui soutiennent les entreprises

Le climat d'affaires positif pour les entreprises de la région de Waterloo a fait toute la différence pour Eleven-X, affirme M. Hickey. Il indique Communitech, un centre d'innovation dirigé par l'industrie de Waterloo qui soutient les entreprises à toutes les étapes de la croissance.

« Communitech nous a véritablement accueillis », a-t-il déclaré. « Ici, le système de soutien est tellement sain pour les entreprises en démarrage. Sans ce soutien, nous ne serions pas la société de 20 personnes que nous sommes aujourd'hui. »

M. Mathers est du même avis et il ajoute que ce climat d'affaires positif pour les entreprises va au-delà de Waterloo.

« Nous avons un gouvernement provincial novateur qui comprend tout à fait ce qu'il faut pour bâtir une économie innovatrice et offre du financement à des programmes comme le Programme d'accélération des affaires qui vous permet d'avoir accès à des rapports d'analyste gratuits et à du financement », explique-t-il. « Le gouvernement de l'Ontario a contribué à ce que nous établissions des liens avec les personnes qui peuvent aider notre entreprise et a fourni des fonds pour nous envoyer à des foires commerciales internationales - il existe peu d'endroits au monde qui offrent ce genre de soutien aux entreprises. »

Secteur/sous-secteur: 

Tag: 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page