L'Université de Waterloo commercialise ExoShield

ExoShield n'était au printemps 2013 qu'un projet de conception d'une durée de quatre ans mené à l'Université de Waterloo. Aujourd'hui, il s'agit d'une entreprise qui vaut plusieurs millions de dollars.

Fruit de la réflexion de quatre étudiants en génie nanotechnologique, ExoShield est une mince pellicule transparente écologique que l'on applique sur la surface extérieure du pare-brise d'un véhicule pour qu'il résiste aux impacts des gravillons et aux rayons ultraviolets nocifs. La pellicule permet également à l'habitacle de rester plus frais en repoussant près de la totalité du rayonnement infrarouge solaire.

L'Université de Waterloo se classe au premier rang des établissements d'enseignement du Canada qui produisent des diplômés appuyés par du capital-risque

L'aventure du projet étudiant à la commercialisation du produit a pris un peu plus de deux ans, grâce en grande partie à l'aide que les jeunes entrepreneurs ont reçue de l'Université de Waterloo.

« Au début, notre objectif était de créer un aérosol qui préviendrait le gel une fois appliqué sur un pare-brise », explique Khanjan Desai, l'un des concepteurs d'ExoShield.

Non seulement a-t-il fonctionné, mais il a aussi remporté le prix du choix des participants et celui du produit le plus novateur dans le cadre du concours technologique de l'Université de Waterloo.

« Nous étions convaincus que nous tenions quelque chose possédant un fort potentiel », ajoute M. Desai.

Refus d'une offre d'emploi de Facebook

En fait, M. Desai était tellement convaincu du succès ultérieur d'ExoShield, qu'il a refusé une offre d'emploi de Facebook. L'établissement d'un partenariat avec Chong Shen a remis à plus tard le projet d’études de deuxième cycle. Les deux autres initiateurs du projet se sont retirés, et l'entreprise Neverfrost est née.

Bénéficiant d'un espace de laboratoire offert gratuitement par le Waterloo Institute of Nanotechnology, de fonds de lancement provenant du concours de présentation de l'Université de Waterloo ainsi que d'une subvention du programme Scientifiques et ingénieurs en affaires qui soutient les premières étapes d'entreprises en démarrage d'anciens étudiants, MM. Desai et Shen avaient le vent dans les voiles.

Conscients du fait qu'un aérosol exigeait beaucoup trop de travail et qu'il avait tendance à laisser une pellicule graisseuse sur le pare-brise, les partenaires ont passé six mois à mettre au point une version plus pratique de leur produit : un mince revêtement protecteur qui s'applique comme les pellicules teintées pour vitres. Ils ont également été en mesure d'ajouter des caractéristiques pour qu'il résiste aux impacts des gravillons tout en réduisant la chaleur infrarouge pour garder l'habitacle plus frais.

Établir l'entreprise en Ontario était tout simplement logique

Par la suite, Y Combinator, un prestigieux tremplin de financement de Silicon Valley, est intervenu. La société a offert à MM. Desai et Shen 120 000 $US et trois mois de camp d’initiation à l’industrie en échange de 7 % de participation en actions dans leur entreprise.

Bien qu'ils aient beaucoup appris et signé des contrats avec un certain nombre d'exploitants de parcs de véhicules, ils ont rapidement constaté qu'il était plus logique d'établir l'entreprise en Ontario. Les partenaires ont trouvé que le coût de la vie et celui de l'exploitation d'une entreprise étaient très élevés en Californie. De plus, Waterloo leur donnait accès à de talentueux professeurs disposés à les aider, de même qu'à des laboratoires. L'Université de Waterloo a également offert aux entrepreneurs une intéressante politique de propriété intellectuelle appartenant à l'inventeur.

Un écosystème de jeunes entreprises sans pareil

De retour en Ontario, ils ont été acceptés au Velocity Garage de l'Université de Waterloo. Ce programme fait partie du plus important incubateur de jeunes entreprises gratuit au monde. Il fournit aux jeunes entreprises du secteur des sciences et du matériel informatique un laboratoire, un bureau et un espace de montage, un réseau de mentors et des contacts avec des investisseurs qui peuvent les aider à mettre sur pied leur entreprise.

L'Université de Toronto a rapidement emboîté le pas en leur offrant de participer à son programme Creative Destruction Lab, qui fournit de l'encadrement d'affaires étape par étape par l'entremise d'un groupe d'entrepreneurs et d'investisseurs en capital de risque canadiens bien connus. Grâce à leur aide, MM. Desai et Shen ont peaufiné leur plan d'affaires.

Un jeune homme vérifie un rouleau de mince pellicule transparente
Le cofondateur d’Alchemy Chong Shen vérifie un rouleau d'ExoShield avant son application.

« L'aide que nous avons reçue de l'Université de Waterloo et de l'Université de Toronto a été un facteur essentiel de notre réussite, assure M. Desai. Nous n'en serions pas là aujourd'hui sans celle-ci. Nous avions un produit novateur, sans trop savoir comment le commercialiser. »

L'objectif de MM. Desai et Shen? « Nous comptons mettre à profit notre expertise et nos technologies pour concevoir de nouvelles gammes de produits et créer la prochaine grande entreprise de nanotechnologie en Ontario. »

Secteur/sous-secteur: 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page