Sise au cœur de vastes terres agricoles, Chemical Valley à Sarnia transforme les déchets agricoles et forestiers en une nouvelle récolte : des produits chimiques propres et durables. La transition des produits chimiques à base de pétrole à des produits biologiques (cellulosiques) permettra de réduire l'empreinte carbone du secteur, de contribuer à atténuer les changements climatiques et de développer de nouvelles occasions d'affaires pour l'industrie locale.

Comme il s'agit d'un pas de géant vers l'avant, le processus prend du temps et le chemin est constitué de nombreuses étapes. Cependant, chaque étape amène son lot d'excitantes occasions d'affaires. Une phase critique du projet consiste à créer des solutions hybrides permettant de graduellement intégrer les biomatériaux dans les produits traditionnels à base de pétrole. Woodbridge Foam, fabricant mondial de pièces d'automobiles qui produit de la mousse de polyuréthane pour les produits automobiles, a été la première entreprise de ce secteur à adopter une approche hybride. Elle a commencé par ajouter de 5 % à 25 % de matériaux renouvelables comme des huiles de graines modifiées, de l'amidon et des produits forestiers à la traditionnelle composition pétrochimique de la mousse.

Semer les graines d'une bioéconomie

En 2008, l'industrie, le gouvernement et des chefs de file de la recherche ont formé l'organisme sans but lucratif Bioindustrial Innovation Canada (BIC) (en anglais seulement) afin de positionner la région de Sarnia-Lambton en tant que groupement de fabricants de produits chimiques hybrides de classe mondiale. Le financement de départ a été fourni entre autres par le gouvernement de l'Ontario et le programme des Centres d'excellence en commercialisation et en recherche (CECR) du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) du gouvernement fédéral. Murray McLaughlin, responsable des relations avec les gouvernements et les partenaires pour BIC, indique qu'au cours des sept dernières années, les 14 projets auxquels BIC a contribué ont généré des investissements public et privé totalisant plus de 500 millions de dollars. « Nous collaborons étroitement avec [le gouvernement de l'Ontario] à chaque étape d'un projet. »

Le Western Sarnia-Lambton Research Park

L'Ontario, en partenariat avec BIC, investit trois millions de dollars sur quatre ans dans la construction du Centre d'excellence en commercialisation des innovations chimiques viables dans le Western Sarnia-Lambton Research Park. L'Ontario devient de toute évidence un chef de file mondial dans ce secteur.

Le Western Sarnia-Lambton Research Park accueille également le Bowman Centre (en anglais seulement), plus grand incubateur de technologies propres au Canada. Le centre accueille actuellement les projets pilotes et de démonstration de trois entreprises hautement novatrices : Woodland Biofuels, GreenCore Composites (en anglais seulement) et KmX Corporation (en anglais seulement).

Viabilité va de pair avec rentabilité

De nouvelles entreprises comme BioAmber, l'usine d'éthanol de St. Clair de Suncor et Comet Biorefining (en anglais seulement) se sont jointes au groupement de fabricants de produits chimiques hybrides et établissent les normes en matière de développement de solutions à la fois viables et rentables. Comet Biorefining, qui a développé une technologie viable sur le plan commercial pour transformer les tiges de maïs et la paille de blé en dextrose (sucre) de haute qualité, est en train de construire à Sarnia une usine qui devrait amorcer ses activités en 2018. Le dextrose est une des pierres angulaires de la fabrication de produits chimiques comme l'acide biosuccinique, utilisé dans les plastiques, les résines, les peintures, les textiles, le cuir synthétique et les produits de soins personnels.

L'écosystème à l'échelle commerciale

« Dans une vaste étude sur les sucres cellulosiques effectuée par BIC, notre technologie a été reconnue comme étant logique sur le plan commercial, explique Andrew Richard, fondateur de Comet Biorefining, de London, en Ontario. Afin de nous aider à créer nos installations commerciales, BIC nous a présentés à la Cellulosic Sugar Producers Cooperative et a obtenu un soutien important de la part de leaders au sein de gouvernement, de la communauté et de l'industrie. » Comet Biorefining est désormais en bonne voie de fournir les entreprises de fabrication de produits chimiques d'origine biologique.

L'avantage ontarien

L'Ontario est désormais reconnu mondialement comme un marché favorable à l'industrie biologique. Des investisseurs de partout dans le monde viennent se renseigner sur les façons d'intégrer la chimie verte et durable aux produits traditionnels à base de pétrole et explorent les possibilités de partenariat; des entreprises des Pays-Bas, d'Australie et de nombreux autres pays songent sérieusement à faire affaire en Ontario.

« L'ensemble unique d'atouts de Sarnia-Lambton répond aux critères de la bioindustrie mondiale, conclut M. McLaughlin. L'énorme quantité de biomasse disponible, un environnement qui soutient les entreprises, la proximité des corridors d'exportation, l'infrastructure bien établie et la main-d'œuvre talentueuse sont des éléments très attrayants. »

Et ils sont aussi des maillons très forts dans la chaîne de valeur de la bioéconomie.

Tag: 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page