Dans la vallée de la chimie de l'Ontario – complexe pétrochimique et de raffineries situé à Sarnia-Lambton – les fabricants de petite et de moyenne taille ont consacré des décennies au développement des meilleurs produits et services de leur catégorie pour les géants du pétrole et de la pétrochimie. Leurs services de transformation du métal, d'ingénierie, de gestion environnementale et de soutien cadrent également très bien avec la production biochimique. Cependant, en raison de l'évolution et de la transformation de l'industrie pétrochimique, ces entreprises ont dû commencer à réfléchir en fonction de ce qui se passait en dehors de la vallée. En 2011, quelque 35 entreprises visionnaires, allant de 5 à 500 employés, ont formé la Sarnia-Lambton Industrial Alliance (SLIA (en anglais seulement)). Sa mission était de repérer de nouvelles occasions d'affaires et de concevoir des approches novatrices dans la commercialisation de leurs chaînes d'approvisionnement déjà bien établies.

Selon le président de la SLIA, Rick Perdeaux, propriétaire de Toolrite Engineering (en anglais seulement), l'expertise variée et la vaste expérience des fournisseurs présents au sein de l'Alliance permettent de proposer aux industries mondiales une source unique pour l'ensemble de leur chaîne d'approvisionnement. « Les alliances permettent de réaliser des économies d'échelle, afin que nous puissions offrir à nos clients un meilleur service, une qualité accrue et une plus grande compétitivité qui répond à leurs besoins pour les rendre plus attrayants aux yeux de l'industrie », explique-t-il. Diverses entreprises offrant des produits semblables ou complémentaires ont aussi uni leurs forces pour solidifier leur offre.

Vendre de l'équipement pétrolier canadien au reste du monde

Rick Perdeaux révèle que durant son demi-siècle d'activité en période de croissance, Toolrite n'a jamais eu besoin de commercialiser ses services. Aujourd'hui, il fait la promotion de Toolrite et d'autres membres de la SLIA dans des régions en plein essor, comme l'Inde, l'Asie, le Moyen-Orient et l'Amérique latine. « Bien des pays n'ont pas une infrastructure de fabrication telle que la nôtre – ils cherchent donc de nouveaux fournisseurs au-delà de leurs frontières. » Faire partie d'une alliance crédible permet aux petites entreprises d'attirer plus facilement l'attention des clients potentiels.

Paul Healy, président de LamSar inc. (en anglais seulement), qui détient des installations à Sarnia et à Corunna, en Ontario, ainsi qu'à St. Clair, au Michigan, a aussi profité de son adhésion à la SLIA. M. Healy a assisté à plus de 20 salons commerciaux au Canada et ailleurs dans le monde et a participé à des missions économiques pour explorer les occasions d'affaires au-delà des frontières de la province. « En plus de bénéficier de financement pour les salons commerciaux, nous avons eu droit à un grand soutien de la part du gouvernement de l'Ontario pour participer à des missions économiques, des initiatives de rayonnement et des présentations que des entreprises comme LamSar n'auraient pas pu entreprendre seules. »

Les entreprises membres de la SLIA peuvent aussi tirer profit des avantages de la région de Sarnia-Lambton dans leur commercialisation. Notamment, elles peuvent faire valoir l'emplacement de Sarnia sur la voie navigable des Grands Lacs, qui donne accès à la voie maritime du Saint-Laurent et plus encore. « Les grands noms du secteur intermédiaire du pétrole et du gaz exigent des sous-traitants locaux comme LamSar qu'ils fournissent les meilleurs services de leur catégorie, et nous pouvons donc amener cette expérience partout où nous offrons nos produits – partout où nous sommes présents », fait-il remarquer.

Paul Healy indique que les exportations de son entreprise ont augmenté régulièrement, tant en volume qu'en portée géographique. La modernisation des usines de fabrication de LamSar durant la récession a permis de placer l'entreprise en bonne position pour saisir une plus grande part de marché maintenant que l'économie montre des signes de reprise. La première exportation de l'entreprise vers le Koweït est en cours.

Livrer de l'équipement canadien aux raffineries de partout dans le monde

La SLIA continue d'aider ses membres à effectuer des recherches, à promouvoir leurs produits et services et à attirer de nouvelles industries dans la région. Parmi les récents nouveaux arrivants, on compte BioAmber et Comet Biorefining (en anglais seulement), qui utilisent les matières premières locales pour produire de nouveaux produits chimiques et sucres biologiques.

Un aspect critique de toute chaîne d'approvisionnement est la livraison des produits à temps et à un prix acceptable pour le client. Cependant, le transport des équipements de grande taille nécessaires aux industries pétrolière et chimique sème la pagaille dans les corridors de transport et dans la collectivité en plus d'amputer les profits.

« Les usines de produits chimiques et les raffineries ont besoin d'équipement spécialisé pour dégrader le pétrole brut, le gaz naturel ou les bioproduits, et celui-ci est souvent de trop grande taille pour être transporté par train », explique David Moody, secrétaire-trésorier de la SLIA. La solution est de bâtir un corridor permanent pour les charges surdimensionnées, ce qui en réduirait les coûts pour les fournisseurs et les effets sur la collectivité. « Les fabricants pourraient alors faire en sorte que leurs clients profitent de ces économies, et ces derniers seraient alors incités à acheter plus », ajoute M. Moody.

« Les entreprises pétrochimiques de notre vallée de la chimie ont vécu d'énormes changements culturels et économiques au cours de la dernière décennie », explique M. Moody. Notamment, on pense à des fermetures d'usines ainsi qu'à des annulations de projets en raison du ralentissement économique. Par contre, de nouvelles matières premières comme le maïs et l'éthane ont entraîné la modernisation d'usines et l'arrivée de nouvelles technologies – en plus d'attirer de nouveaux fabricants. Il fait valoir que la SLIA a joué un rôle clé pour aider ses membres à se commercialiser et à générer de nouvelles occasions d'affaires, ce qui a permis à certaines entreprises de doubler de taille et d'acquérir de l'équipement robotisé ou d'avant-garde.

« En tant qu'alliance, nous partageons nos réussites et nos inquiétudes afin d'imaginer des stratégies qui profiteront non seulement aux entreprises, mais aussi à l'ensemble de l'économie de Sarnia-Lambton », conclut-il. Ce sont simplement de bonnes pratiques commerciales.
Cette image montre de l'équipement destiné à une usine de produits chimiques; ce genre d'équipement est souvent surdimensionné et donc difficile à transporter sur des routes normales. L'Ontario travaille à la création d'un « corridor » de transport répondant à ce besoin.
Les usines de produits chimiques et les raffineries ont souvent besoin d'équipement surdimensionné qui est difficile à transporter. L'Ontario travaille à la création d'un « corridor » de transport répondant à ce besoin.

Secteur/sous-secteur: 

Tag: 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page