Cette entreprise en démarrage située à Toronto vise à utiliser la linguistique quantique pour automatiser la programmation informatique

Qu'adviendrait-il si les concepteurs de logiciels n'avaient pas besoin de s'enliser dans les codes pour bâtir leurs programmes? C'est l'objectif de Sumerian, une entreprise en démarrage établie à Toronto, en Ontario, qui cherche à utiliser la linguistique quantique pour automatiser le processus de rédaction des codes binaires qui appuient les programmes informatiques.

« En extrayant le sens en anglais et en langage naturel, nous pouvons traduire les instructions humaines en code selon le programme que vous voulez écrire », déclare Richard East, l'un des membres fondateurs de Sumerian, lancée en novembre 2017 dans le cadre du programme de prédémarrage du Creative Destruction Lab de la Rotman School of Management de l'Université de Toronto.

M. East, qui est originaire du Royaume-Uni, où il a lancé une entreprise de TI, a eu l'idée de la linguistique quantique en programmation informatique alors qu'il fréquentait l'Université Oxford. Il a décidé de déménager à Toronto après avoir été présenté à Nicolas Bent, un résident de l'Ontario qui étudiait alors à la maîtrise à Oxford en neurosciences informatiques.

Ils ont décidé qu'ils voulaient démarrer une entreprise en informatique quantique, et l'Ontario semblait l'emplacement idéal pour une telle société.

Deux hommes devant une bannière ONRamp Entrepreneurship de l'Université de Toronto
Richard East (à gauche) et Nicolas Bent (à droite) à l'Université de Toronto

« C'est un énorme carrefour pour les entreprises en démarrage et il y a des tonnes de talents en apprentissage machine qui graduent de l'Université de Toronto et de l'Université de Waterloo », dit M. Bent. « Il y a une raison pour laquelle Google et Facebook viennent ici pour recruter des gens. »

La technologie de Sumerian, que MM. East et Bent s'attendent à commercialiser dans environ deux ans, visera les sociétés d'ingénierie, qui consacrent généralement une grande partie de leurs budgets de fonctionnement pour des programmeurs et des codeurs.

« Nous sommes très bien situés pour pénétrer notre marché cible », explique M. East. Il y a un grand nombre de sociétés d'ingénierie ayant des liens solides avec l'Ontario et le Canada, et nous sommes très près des États-Unis, où se trouvent bon nombre de ces sociétés. »

Secteur/sous-secteur: 

14 juin 2018

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Parlez-en à un conseiller commercial


Demande d’entretien

Inscrivez-vous à notre bulletin


Ouvrez-en un maintenant

Inscrivez-vous à
notre bulletin

Le formulaire est à des fins commerciales.

Retour en haut de la page