L'IORC et FACIT accélèrent le développement de cancérothérapies novatrices en Ontario

Il y a une génération, l'avenir s'annonçait sombre pour les personnes qui recevaient un diagnostic de cancer. Dans les années 70, la moitié (en anglais seulement) des adultes américains atteints d'un cancer survivaient au moins cinq ans, alors que chez les enfants, le taux de survie sur cinq ans de 62 % n'était guère mieux. Qui plus est, l'absence d'options thérapeutiques et la probabilité de récidive du cancer accroissaient la stigmatisation associée à cette maladie, ce qui compliquait les démarches des survivants pour refaire leur vie.

La situation a beaucoup évolué depuis. Aujourd'hui, plus des deux tiers (en anglais seulement) des adultes atteints d'un cancer survivront au-delà de cinq ans, alors que le taux de survie sur cinq ans atteint 82 % chez les enfants. Selon le Dr John Bartlett, directeur de programme, pathologie de transformation de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer (IORC) (en anglais seulement), pour certaines formes de cancer, il est maintenant possible de prélever des cellules cancéreuses du patient et de les soumettre à des tests diagnostic afin de les jumeler à des traitements ciblés agissant sur des protéines produites par des gènes spécifiques dans les cellules cancéreuses. « Essentiellement, nous tentons de cartographier la complexité du cancer sous forme de voies ou de circuits, en cernant les éléments clés du circuit en question qui peuvent être interrompus, pour ensuite choisir des traitements en fonction de ce circuit. »

L'IORC est à l'avant-garde de la recherche et du développement de nouvelles méthodes de traitement du cancer du sein

Appuyant plus de 1 700 investigateurs, cliniciens-chercheurs, employés et stagiaires de recherche, l'IORC est un organisme de recherche et de développement de calibre mondial qui se consacre à la prévention, à la détection précoce, au diagnostic et au traitement du cancer. Le Dr Bartlett et son équipe de recherche s'attardent aux méthodes de traitement du cancer du sein, une maladie qui représente environ 14 % des décès par cancer chez les Canadiennes.

« À partir d'échantillons prélevés chez des patientes traitées de la même façon, nous pouvons nous interroger sur ce qui rend le traitement inefficace ou encore sur la pertinence même du traitement. Dans le cas du cancer du sein, un grand nombre de femmes traitées par chimiothérapie pourraient être guéries à l'aide d'une simple intervention chirurgicale ou d'une endocrinothérapie, mais ce fait n'est pas connu au moment de la consultation clinique; nous devons mieux renseigner les patientes afin qu'elles puissent prendre une décision éclairée quant à leurs options de traitement », a déclaré le Dr Bartlett.

Le Dr Bartlett et son équipe s'activent à découvrir les formes agressives de cancer du sein et à les traiter au moyen de traitements ciblés qui offriront aux patientes les meilleures chances de survie. « Vingt-cinq pour cent des femmes présentant un cancer du sein ER+ à risque élevé en mourront. Nous devons trouver un moyen d'identifier les patientes présentant cette forme de cancer à risque élevé et de déterminer le traitement approprié. »

Les chercheurs et scientifiques de l'IORC accomplissent des progrès considérables grâce aux données sur les mutations cancérigènes recueillies par le Consortium international sur la génomique du cancer (CIGC) (en anglais seulement), au matériel de pointe des laboratoires de pathologie et de découverte de médicaments de l'IORC, ainsi qu'aux importants partenariats et occasions de collaboration forgés par le partenaire de l'IORC (en anglais seulement). L'IORC met l'accent sur l'incidence de la prévention, du dépistage et du traitement des patients cancéreux en Ontario et partout dans le monde.

Le laboratoire de découverte de médicaments de l'IORC capte l'attention de grandes sociétés pharmaceutiques

Nous avons rencontré le Dr David Uehling, chef d'équipe, chimie thérapeutique, dans les laboratoires de découverte de médicaments de l'IORC. Le Dr Uehling relate qu'il s'est joint à l'IORC afin de participer aux travaux de recherche préliminaires qu'un grand nombre de grandes sociétés pharmaceutiques ont délaissés. « Notre laboratoire est unique, en ce sens que chimistes et biologistes travaillent côte à côte. Au départ, nous étions un groupe de chimie thérapeutique, mais nous sommes devenus un groupe de découverte de médicaments. En fait, nous ressemblons beaucoup à une société pharmaceutique miniature... d'ailleurs, notre matériel, parfois, est plus moderne que celui utilisé par les plus grandes sociétés pharmaceutiques au monde. » Le Dr Uehling a lui-même déjà été à l'emploi d'une grande société pharmaceutique américaine et plusieurs de ses collègues sont issus de géants pharmaceutiques internationaux.

« Nous avons récemment conclu un partenariat avec Janssen Biotech, un membre du groupe de sociétés pharmaceutiques de Johnson & Johnson, et ce n'est qu'un début », ajoute le Dr Uehling. « C'est le fruit d'un travail entrepris il y a six ans, lorsque les chercheurs de l'Université de Toronto nous ont présenté une nouvelle cible pour les cancers du sang. Nous avons décidé d'accomplir tous les travaux de validation précoce, ce qui en a fait une cible intéressante pour un partenaire tel que Janssen. »

FACIT aide à transformer des percées révolutionnaires sur le cancer en débouchés commerciaux

Le nombre croissant de partenariats et de transactions de haut niveau conclus par Fight Against Cancer Innovation Trust (FACIT), le partenaire de commercialisation de l'Institut, témoigne de la qualité et de la profondeur des innovations et de l'expertise que cultive l'IORC. FACIT est le trait d'union qui relie les débouchés et le réseau d'experts de l'IORC en orientant stratégiquement les innovations en oncologie tout en attirant les partenaires les plus appropriés. À cette fin, il exploite un éventail unique d'outils commerciaux, notamment des fonds d'investissement, des entreprises en démarrage ainsi que des cadres chevronnés et à l'esprit d'entreprise capables de bien faire valoir les technologies.

« La capacité de FACIT d'investir du capital de risque dans les innovations les plus prometteuses en oncologie lui permet de prendre une part active aux entreprises en démarrage jusqu'à ce que la technologie soit prête à entamer un stade de développement plus avancé qui attire des investisseurs comme des partenaires sectoriels stratégiques et du capital de risque », a déclaré Jeff Courtney, président-directeur général de FACIT. C'est grâce à la disponibilité des capitaux d'investissement que FACIT se démarque comme moteur de commercialisation dans la province, tout comme sa mission visant à procurer des bénéfices tangibles pour les patients ontariens et l'économie locale.

À ce jour, FACIT a financé plus de 20 projets qui ont entraîné la création d'une dizaine d'entreprises en démarrage et fait fructifier les quelque 20 millions de dollars de financement et de participation au capital jusqu'à attirer 180 millions de dollars de plus en investissements privés. Parmi les dernières réussites, citons : une collaboration et option de licence de 450 millions de dollars (en anglais seulement) intervenues entre Janssen Biotech, l'IORC, les réseaux universitaires de santé et Novera Therapeutics, une société en démarrage de FACIT; un investissement de 11 millions de dollars dans Turnstone Biologics inc. piloté par Versant Ventures, un important fonds de capital de risque en santé; l'acquisition de Fluorinov Pharma par Trillium Therapeutics (en anglais seulement); et un investissement servant à fonder Fusion Pharmaceuticals, une entreprise de radiothérapie essaimée du Centre pour le développement et la commercialisation des traceurs de l'Ontario.

À l'image de la complexité de cette maladie, la recherche translationnelle sur le cancer tend vers des efforts concertés entre des établissements partout dans la province, au pays et même dans le monde. Le vaste réseau de l'IORC reflète cette tendance. « Qui plus est, cette nouvelle approche concertée à grande échelle nous incite à étudier et à mettre en œuvre de nouveaux modèles de commercialisation », a déclaré M. Courtney. « En aidant les chercheurs innovants, les entrepreneurs, les sociétés réceptrices et les investisseurs stratégiques à tisser des liens et à mettre leurs technologies en rapport avec les ressources appropriées, nous favorisons par la même occasion l'établissement de réseaux, d'expérience et de réussites qui sont essentiels à la création d'une économie de l'innovation durable en Ontario. »

Ensemble, FACIT et l'IORC veillent à ce que l'Ontario joue un rôle déterminant dans l'amélioration de la qualité de vie et du taux de survie des patients cancéreux partout dans le monde.

En savoir plus sur les possibilités d'investissement offertes par l'IORC et FACIT. (en anglais seulement)

Secteur/sous-secteur : 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page