Des écosystèmes de démarrage dynamiques et prospères comme ceux de Toronto, Waterloo et Ottawa sont sur le point de devenir encore meilleurs

La société 500 Startups a franchi la frontière canadienne. Dirigée par un partenaire local, Sanjay Singhal, la présence de la société vise à renforcer les liens entre le milieu des jeunes entreprises canadiennes et Silicon Valley. Le siège social de 500 Startups Canada se trouve à Toronto (Ontario), et la société collaborera avec des sociétés de capital de risque, des pépinières et des accélérateurs de Toronto, Waterloo, Ottawa et d'autres villes importantes au Canada.

Le fonds de démarrage aidera les jeunes entreprises canadiennes à prendre de l'expansion

« Avec deux investissements par jour, 500 Startups est l'investisseur en phase de démarrage le plus actif au monde », a récemment déclaré M. Singhal à Amanda Lang, animatrice de Bloomberg Canada. Au Canada, l'accélérateur fera 50 investissements au cours des prochaines années, pour un montant total estimé à 30 millions de dollars. « À l'étape à laquelle nous investissons, il s'agit réellement d'un important bassin de liquidités », affirme M. Singhal. M. Singhal n'est pas étranger au milieu des jeunes entreprises en Ontario, ayant lui-même fondé cinq entreprises et investi dans 30 autres en tant que membre fondateur du conseil d'administration d'Angel One. « Nous disposons déjà ici d'un écosystème dynamique et prospère pour les jeunes entreprises technologiques; elles profiteront tout simplement d'un meilleur financement. » M. Singhal croit que l'injection de capitaux de démarrage provenant de la société 500 Startups de Silicon Valley permettra aux jeunes entreprises canadiennes de prendre l'élan dont elles ont besoin pour rapidement prendre de l'expansion et bien se positionner pour l'étape du premier tour de financement, alors que les capitaux américains tendent à attirer plus de capitaux canadiens.

Avis de non-responsabilité : Cette vidéo provient d'un tiers. Cette vidéo n'est pas hébergée par le gouvernement de l'Ontario et il est possible qu'il n'existe pas de version française ou de transcriptions.

500 Startups pourrait-elle changer la donne pour les jeunes entreprises canadiennes?

M. Singhal a récemment expliqué à Lucas Matney, de Tech Crunch, pourquoi les initiés du milieu des jeunes entreprises canadiennes croient que la présence de 500 Startups au Canada a la potentiel de « tout changer ». Alors que les sociétés de capital de démarrage canadiennes habituelles prennent environ trois mois avant d'émettre un chèque, les fonds provenant de Silicon Valley consacrent environ quatre semaines à chercher une occasion d'investissement.

« La façon qu'ont les sociétés de capital de risque [au Canada] d'aborder les investissements de démarrage consiste à faire beaucoup de recherches avec toute la diligence voulue et de prendre le temps de réfléchir au modèle, à l'équipe et à quoi ressemble le produit », a déclaré M. Singhal à M. Matney. « Ce sont toutes de bonnes choses, qui ont cependant pour conséquence que les sociétés prennent beaucoup de temps avant de se décider. » Startup 500 pourrait avoir un impact sur la façon dont les sociétés canadiennes de capital de risque exercent leurs activités, et de ce fait sur la façon dont fonctionne le milieu des jeunes entreprises.

M. Singhal : « Je crois que nous allons assister au début d'une ruée vers l'or ici. »

Dans une publication sur le blogue de 500 Startups (en anglais seulement), M. Singhal mentionne rapidement les avantages dont jouissent les jeunes entreprises canadiennes par rapport à leurs homologues américaines, tout en se moquant gentiment des équipes de hockey canadiennes en difficulté dans la LNH :

« Le gouvernement canadien offre un excellent soutien au milieu de l'entrepreneuriat grâce à un vaste réseau de subventions et de crédits d'impôt. Jumelé à un écosystème prospère d'investisseurs providentiels, le sport national du Canada est rapidement en voie de devenir l'entrepreneuriat, alors que les sociétés de capital de démarrage obtiennent plus souvent de meilleurs résultats que toutes les équipes de hockey du pays qui ne participent pas aux séries éliminatoires. » Même si M. Singhal n'a pas de solution à proposer aux Maple Leafs de Toronto et aux Sénateurs d'Ottawa, 500 Startups Canada offrira un mentorat et des fonds (en anglais seulement) aux jeunes entreprises locales à compter de juin 2016.

Secteur/sous-secteur : 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page