Photo par Anthony Reinhart, Communitech

Plus tôt cette année, Antoine van Agtmael, auteur du livre The Smartest Places on Earth (en anglais seulement) (les endroits les plus intelligents sur Terre), a expliqué à Anthony Reinhart, de Communitech, pourquoi Kitchener-Waterloo faisait partie de sa liste de centres névralgiques émergents dans le secteur de l'innovation mondiale.

L'ancien financier, devenu auteur à succès il y a plusieurs décennies, a inventé la célèbre expression « marchés émergents ». Bien que M. Agtmael croie encore que les consommateurs des marchés émergents seront le moteur de la demande mondiale, il exprime une idée différente quant à l'endroit où les centres de fabrication à venir prendront racine. Dans son livre, il décrit une tendance dans laquelle les régions souffrant de désindustrialisation, des régions caractérisées par une industrie en déclin, des usines vieillissantes et une baisse de la population, se réinventent en tant que grands centres de fabrication et de technologie intelligentes. Selon lui, la survie des entreprises établies dans ces régions durant des périodes mouvementées leur a permis de comprendre que la collaboration régionale était nécessaire.

Kitchener-Waterloo : un exemple de transformation d'une région souffrant de désindustrialisation en région intelligente

Une région intelligente ne se limite pas à un ensemble d'entités regroupées dans une région attrayante. D'après M. Agtmael, des villes ontariennes comme Kitchener-Waterloo constituent des exemples du phénomène. « C'est un endroit qui gère bien sa revitalisation », explique M. Agtmael à M. Reinhart à propos de Kitchener-Waterloo. « Une région intelligente a besoin d'une atmosphère universitaire, d'un solide environnement de collaboration, d'un effort conscient de création et de conservation des talents les plus prometteurs, et d'un lieu où l'on peut soutenir les entrepreneurs… Les entreprises de pointe, comme Google, explorent ces zones, elles s'y sont implantées, et elles ont compris qu'il s'agissait d'un bassin de talents exceptionnel. » M. Agtmael va plus loin et fait référence à l'important programme coopératif de la région comme à un « énorme point de vente ».

Écoutez l'entrevue d'Antoine van Agtmael par Communitech


Avis de non-responsabilité : Ce lien mène à une audio externe qui n'est pas hébergée par le gouvernement de l'Ontario. Il est possible qu'aucune version française ou transcription ne soit disponible.

Communitech inculque une vision et contribue au rapprochement des innovateurs

« L'innovateur solitaire est un concept dépassé, explique M. Agtmael. La prise en charge de problèmes complexes et coûteux requiert une expertise dans plusieurs disciplines et, seule, une personne ou une organisation ne peut assumer cette responsabilité. » Il est d'avis que non seulement la menace de perturbation encourage l'innovation, mais qu'elle fait également naître une fierté régionale en favorisant des relations qui génèrent l'énergie nécessaire pour bâtir l'écosystème.

Des écosystèmes collaboratifs aussi étroitement interreliés sont habituellement composés d'universités de recherche, d'autorités gouvernementales locales, d'entreprises établies qui jouissent d'un programme de recherche florissant et d'entreprises en démarrage. Ces centres névralgiques de l'innovation, comme celui de Kitchener-Waterloo, sont souvent dirigés par ce que M. Agtmael appelle des « connecteurs », des groupes ou des personnes chargés d'inculquer la vision – c'est là que Communitech entre en jeu.

Communitech, un élément central du Réseau ontarien des entrepreneurs, est un centre d'innovation de 4 600 m2 (50 000 pi2) dirigé par l'industrie qui appuie, encourage et célèbre une communauté de près de 1 000 entreprises technologiques, des grosses sociétés mondiales aux entreprises en démarrage, en passant par les sociétés de taille moyenne à croissance rapide. Il s'agit d'un carrefour pour les organismes gouvernementaux, les instituts universitaires, ainsi que les incubateurs et accélérateurs technologiques, et il est soutenu par une multitude d'autres intervenants, notamment des sociétés de capital-risque, des juristes et des sociétés de conception.

Découvrez pourquoi les sociétés multinationales viennent apprendre à imiter les jeunes entreprises allégées à Kitchener-Waterloo

Secteur/sous-secteur : 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page