Comment l'accès à des collectivités diversifiées a-t-il aidé la Banque Shinhan à pénétrer un nouveau marché?

Pionnière des finances sud-coréennes exerçant ses activités partout dans le monde, la Banque Shinhan s'est engagée à accroître continuellement ses activités à l'échelle mondiale. Lorsqu'elle a décidé d'entrer sur le marché canadien, la Banque Shinhan a choisi la région du grand Toronto (RGT) en raison de sa diversité culturelle et de sa main-d'œuvre qualifiée et compétente.

Le défi

L'objectif de la Banque Shinhan est de devenir une banque de premier plan axée sur la clientèle ayant une présence mondiale. Afin de réussir à s'établir au Canada, la Banque Shinhan devait accéder au bon marché, à une main-d'œuvre qualifiée et compétente et à une économie stable et être près d'un secteur des services financiers vigoureux.

Contexte

La Banque Shinhan a établi sa première succursale en Corée du Sud en 1897 et a ouvert sa première succursale étrangère en 1918. Son réseau mondial comprend désormais des activités au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Europe, au Japon, en Chine, à Hong Kong, à Singapour, au Vietnam, en Inde, au Cambodge, en Asie centrale, en Asie du Sud-Est et au Mexique. Elle est la principale filiale du Shinhan Financial Group, dont l'actif total se chiffrait à 323 billions won sud-coréens au 30 juin 2014.

Classée la première banque en importance en Corée du Sud et la 43e en importance au monde en 2014 par le magazine The Banker, la Banque Shinhan occupe en outre le 30e rang à l'indice Global 100, un classement des sociétés les plus durables dans le monde.

Lorsqu'elle envisageait d'accroître ses activités au Canada, la Banque Shinhan savait qu'elle devait rejoindre les clients canadiens d'origine coréenne et avait la possibilité d'élargir ses offres à d'autres communautés ethniques. Une économie stable, un secteur des services financiers vigoureux et une main-d'œuvre qualifiée et instruite sont en outre essentiels.

La solution

La Banque Shinhan du Canada a ouvert les portes de son siège social et de sa principale succursale à North York (Ontario) en 2009. Moins de deux ans plus tard, elle a ouvert une succursale à Mississauga et une à Thornhill en 2014. La banque, qui emploie 53 personnes et dessert la communauté canadienne d'origine coréenne et d'autres communautés ethniques, offre une vaste gamme de services bancaires aux particuliers et aux entreprises, notamment des comptes chèque et d'épargne, des placements, des prêts et des hypothèques et des virements télégraphiques. En septembre 2014, la Banque Shinhan du Canada avait accumulé des actifs de 397 millions de dollars.

Forte de son succès jusqu'à maintenant, la Banque Shinhan du Canada prévoit une croissance future. « Il existe de nombreuses possibilités en Ontario, affirme M. Park. Nous avons l'intention d'accroître davantage nos activités au cours des prochaines années. »

Photo illustrant des magasins dans une rue de North York, en Ontario.
La Banque Shinhan du Canada, qui a ouvert sa principale succursale à North York en 2009, offre une vaste gamme de services personnels et bancaires. Référence photographique : Banque Shinhan du Canada.

Pourquoi choisir l'Ontario?

Collectivités diversifiées sur le plan culturel

Comptant plus de 60 000 résidants parlant le coréen, dont la plupart habitent dans la région de Toronto, l'Ontario était le choix idéal pour les activités canadiennes de la Banque Shinhan. « L'Ontario compte la plus importante population canadienne d'origine coréenne au Canada, dit M. Park. Nous avons vu l'occasion de desservir le marché coréen canadien. »

La population ontarienne diversifiée sur le plan culturel a rapidement offert d'autres possibilités à la Banque Shinhan du Canada. « Nous désirons également desservir la communauté non coréenne, déclare M. Park. Nous sommes donc allés au-delà de cette communauté pour desservir les clients vietnamiens, chinois et philippins. Et l'une des raisons pour lesquelles nous avons accru nos activités à Thornhill était de desservir les communautés asiatiques et perses. »

La diversité culturelle et linguistique de l'Ontario attire de nombreuses entreprises internationales. Plus du quart des résidants de l'Ontario sont nés à l'extérieur du Canada. Chaque année, la province accueille plus de 100 000 nouveaux arrivants – près de la moitié de l'ensemble des immigrants au Canada. Sur les 12 millions d'habitants de l'Ontario, plus de deux millions parlent couramment une langue autre que l'anglais et le français. En fait, plus de 200 langues sont parlées en Ontario, dont le coréen, le vietnamien, le tagalog, l'allemand, le portugais, l'espagnol et l'italien. De plus, une partie importante de la population parle couramment les principales langues chinoises ainsi que celles de l'Inde.

Main-d'œuvre qualifiée et dynamique

Photo d'un grand édifice d’affaires occupé par Shinhan Bank Canada au rez de chaussée à Thornhill, en Ontario.
Comptant plus de 60 000 résidants qui parlent le coréen, l'Ontario était le choix idéal pour la Banque Shinhan, qui a ouvert une succursale à Thornhill en 2014 afin de desservir les communautés asiatiques et perses. Référence photographique : Banque Shinhan du Canada.

« Il ne fait aucun doute que la main-d'œuvre qualifiée et instruite de l'Ontario constituait le deuxième facteur en importance dans notre décision de venir ici », affirme M. Park.

L'Ontario dispose d'un grand bassin croissant de travailleurs compétents dans les services financiers possédant une expertise, de la créativité et de l'énergie. Sa main-d'œuvre des services financiers comprend plus de 8 000 analystes financiers agréés, plus de 9 000 planificateurs financiers agréés et plus de 81 000 comptables professionnels agréés.

Les 44 universités et collèges de la province, y compris les 14 programmes de MBA, forment en outre un flux ininterrompu de main-d'œuvre qualifiée. Quatre des 15 meilleures écoles commerciales internationales, qui octroient annuellement plus de 40 000 diplômes en commerce, se trouvent en Ontario. Le gouvernement provincial et la Toronto Financial Services Alliance ont en outre créé un centre d'excellence afin d'accroître la qualité et la diversité de l'enseignement dans le domaine des services financiers en Ontario.

Le secteur bancaire est le principal employeur à Toronto, représentant près de la moitié du nombre total d'emplois au sein du secteur financier de la ville.

Un secteur des services financiers florissant

Toronto (Ontario) est la capitale financière du Canada et le principal centre financier international. Le magazine britannique The Banker classe Toronto au 6e rang parmi les principaux centres financiers mondiaux; en Amérique du Nord, la ville se classe au deuxième rang derrière New York.

Parmi les 50 banques étrangères exerçant leurs activités au Canada, 41 ont établi leur siège social canadien dans la région de Toronto.

Le secteur des services financiers de l'Ontario est fortement soutenu par des entreprises de technologie de l'information (TI) très performantes. Toronto est le troisième groupement de TI le plus important en Amérique du Nord.

« La proximité à d'autres services financiers était importante pour nous, déclare M. Park. Par exemple, nous avons noué une relation étroite avec BMO, qui est le centre de compensation pour nos opérations par chèque. »

Le Canada et l'Ontario ont mis en place des régimes financiers et réglementaires avancés et transparents qui sont respectés à l'échelle internationale et qui créent un milieu bancaire attirant. Depuis sept ans, le Forum économique mondial juge que le système bancaire canadien, concentré en Ontario, est le plus solide au monde.

Une économie vigoureuse et stable

Les entreprises qui s'établissent en Ontario peuvent maximiser les profits et minimiser les risques dans un contexte économique, politique et réglementaire stable. L'économie ontarienne continue de croître, malgré la conjoncture économique mondiale difficile. Les principaux indicateurs, dont le PIB réel, l'emploi, les exportations, le revenu et la consommation des ménages, ont affiché des gains importants depuis la récession.

« Il s'agit d'un endroit formidable pour faire des affaires, affirme M. Park. La population y est très diversifiée, ce qui signifie que vous devez personnaliser vos produits et vos services pour répondre aux différents besoins de vos clients. C'est difficile, mais sur le marché d'aujourd'hui, vous devez être créatif et avoir de nouvelles idées. L'Ontario est un endroit formidable pour faire preuve de créativité. »

Photo représentant des grandes tours de bureaux du quartier financier de Toronto, en Ontario.
Dans l'évaluation annuelle des principaux centres financiers internationaux mondiaux parue dans le magazine The Banker, Toronto (Ontario) se classait au 2e rang en Amérique du Nord et au 6e rang mondial.

Secteur/sous-secteur: 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page