Les secteurs croissants de la thérapie cellulaire et du diagnostic aux points de service devraient générer, à l'échelle mondiale, des revenus annuels de 10 milliards de dollars et de 27 milliards de dollars respectivement, d'ici 2021. Reconnaissant ce fait, Fraunhofer savait que la clé du succès résidait en l'établissement de partenariats stratégiques qui stimuleraient la croissance rapidement. Cela a donné lieu à la création du McMaster-Fraunhofer Project Centre for Biomedical Engineering and Advanced Manufacturing (BEAM) à Hamilton (Ontario). De plus, en octroyant un financement de 4 millions de dollars à cette initiative, l'Ontario a renforcé son engagement à créer un environnement propice à l'innovation qui favorise les partenariats stratégiques.

En raison des prix de revient concurrentiels, du leadership en recherche et développement (R-D) et de la solide culture d'innovation de l'Ontario, des chefs de file mondiaux clament faire partie de ce centre émergent des sciences de la vie.

Le défi

Le changement du cours futur de la médecine et la réduction considérable du coût du diagnostic et du traitement de diverses maladies nécessitent de faire preuve d'énormément de dévouement, de s'investir et d'établir des partenariats. Les recettes des secteurs de la thérapie cellulaire et du diagnostic aux points de service ne vont que continuer de monter en flèche, mais pour tirer profit de cette possibilité, Fraunhofer devait avoir la capacité d'exercer facilement ses activités et d'établir des partenariats clés dans un cadre d'innovation mutuelle – et, par conséquent, d'élaborer des projets de commercialisation viables et rentables.

L'annonce du McMaster-Fraunhofer Project Centre for BEAM à l'Université McMaster à Hamilton (Ontario)
De gauche à droite : Mo Elbestawi, vice-président, Recherche et affaires internationales, Université McMaster; Robert Pasuta, conseiller de la ville de Hamilton; Ted McMeekin, député d'Ancaster-Dundas-Flamborough-Westdale; Eric Hoskins, ancien ministre du Développement économique, du Commerce et de l'Emploi; Patrick Deane, président, Université McMaster et Christopher Oelkrug, Fraunhofer Institute for Cell Therapy and Immunology lors de l'annonce du McMaster-Fraunhofer Project Centre for BEAM à l'Université McMaster à Hamilton (Ontario). (Photo : Ron Scheffler)

Contexte

Chercheur effectuant un test
Chercheur effectuant un test au Fraunhofer Institute for Cell Therapy and Immunology, à Leipzig, en Allemagne.

Le Fraunhofer Institute for Cell Therapy and Immunology (IZI) est un chef de file mondial en matière d'élaboration, d'optimisation, ainsi que de validation de méthodes et de produits uniques dans les domaines des médicaments, de la thérapie cellulaire, des diagnostics et des biobanques. L'IZI n'est qu'un des 80 instituts de Fraunhofer et la société Fraunhofer dispose d'un budget annuel de recherche de 2,3 milliards de dollars et on lui doit des inventions comme le lecteur MP3.

De plus, la société Fraunhofer a récemment lancé le Fraunhofer Project Centre for Composites Research à l'Université Western Ontario, une initiative de 24 millions de dollars qui accélérera la recherche sur les véhicules verts.

L'Université McMaster possède une riche tradition en matière de R-D dans les domaines des sciences de la vie et de la bio-ingénierie, produisant des chefs de file talentueux de premier plan qui sont prêts à travailler.

« McMaster est un chef de file de la recherche en sciences de la vie et en bio-ingénierie, affirme Patrick Deane, président et vice-recteur de l'Université McMaster. L'investissement de la province nous permettra de tirer parti de nos talents et de nos ressources afin d'accélérer la commercialisation de notre recherche sur le marché mondial. »

Solution

Le Fraunhofer Institute for Cell Therapy and Immunology d'Allemagne a établi un partenariat prospère avec l'Université McMaster afin de créer BEAM et des plans sont désormais en cours pour construire une installation de pointe de 40 000 pieds carrés de 20 millions de dollars au Parc de l'innovation de l'Université McMaster. Le partenariat mettra au point des technologies innovantes pour systématiser la production en matière de thérapie cellulaire, réduisant considérablement le coût du traitement des maladies dégénératives comme le cancer. Il élaborera en outre de nouvelles méthodes de diagnostic aux points de service et de fabrication de pointe afin de les commercialiser rapidement sur le marché. Il promouvra des partenariats et des collaborations en matière de R-D qui profiteront au secteur médical à l'échelle mondiale.

Le professeur Frank Emmrich, directeur du Fraunhofer Project Centre, indique que son équipe et lui sont plus qu'impressionnés par les capacités sectorielles et celles en recherche dans le domaine de la biotechnologie que l'Ontario a à offrir.

« Nous apprécions le soutien continu qu'offre le gouvernement provincial en réalisant l'importance du centre de projet conjoint, déclare M. Emmrich. Et nous sommes reconnaissants de son soutien visant à assurer un avenir avantageux et prospère. »

Pourquoi choisir l'Ontario?

Prix de revient inférieurs

Les faibles prix de revient de l'Ontario figurent parmi les plus grands avantages commerciaux de la province. Ses coûts sont les plus bas des pays du G7 dans les secteurs à forte concentration. L'Ontario offre en outre les taux d'imposition des sociétés les plus concurrentiels d'Amérique du Nord. Le taux effectif marginal d'imposition de 16,6 % (taux fédéral et provincial combinés) sur les nouveaux investissements en immobilisations est plus faible que les moyennes des États-Unis et des pays membres de l'OCDE. De plus, le programme ontarien d'encouragement fiscal pour la R-D, jumelé aux programmes fédéraux de R-D, peut ramener le coût après impôt d'une dépense de 100 $ en R-D à une valeur allant de 61 $ à 37 $.

La main-d'œuvre la plus instruite

L'Ontario possède l'une des mains-d'œuvre les plus instruites au monde. Près des deux tiers de la main-d'œuvre de la province a fait des études postsecondaires, ce qui la place devant d'autres pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France et le Japon. Chaque année, les universités ontariennes produisent des milliers de diplômés talentueux prêts à occuper des emplois dans le secteur des sciences de la vie. La main-d'œuvre exceptionnelle de la province est le résultat de son système d'enseignement postsecondaire (universités et collèges) estimé.

Chercheurs de l'Université McMaster travaillant dur
Chercheurs de l'Université McMaster travaillant avec ardeur à l'un des laboratoires de l'université à Hamilton (Ontario).

Une plaque tournante des sciences de la vie

En ce qui a trait à la résistance de l'Ontario et au potentiel du secteur des sciences de la vie, les faits sont plus qu'impressionnants. La province abrite maintenant plus de 1 600 entreprises et le secteur dispose de plus de 51 000 travailleurs formés avec professionnalisme, titulaires de diplômes en sciences de la vie. Fait encore plus impressionnant, le secteur des sciences de la vie de l'Ontario génère des revenus annuels incroyables de 37 milliards de dollars.

Les 10 plus grandes sociétés pharmaceutiques du monde réalisent des essais cliniques en Ontario et plus de 50 % de l'ensemble de l'activité économique du secteur canadien des sciences de la vie se trouve en Ontario. Vingt-quatre hôpitaux de recherche universitaires investissent plus de 1 milliard de dollars annuellement en R-D, ce qui génère directement plus de 3 milliards de dollars de retombées économiques, en plus de créer de l'emploi.

En outre, l'Ontario accueille sept des dix principaux hôpitaux de recherche au Canada. Vous pouvez établir efficacement votre entreprise en Ontario et la faire croître rapidement sans partir de zéro. Mieux encore, la proximité de la province avec les États-Unis offre un accès au plus important marché des soins de santé au monde.

La création de BEAM attire l'attention du monde entier; trois entreprises allemandes de biotechnologie se sont déjà dites intéressées à s'établir en Ontario. Leurs objectifs consistent à être près de la nouvelle installation et de collaborer directement avec des chercheurs reconnus. Leur initiative représente un exemple éloquent de l'intérêt croissant des entreprises qui voient les occasions d'investissement uniques qu'offre l'Ontario. Si Fraunhofer est un exemple de l'immense possibilité de développer de grandes idées en Ontario, le secteur des sciences de la vie doit tenir compte de cette plaque tournante innovante.

Secteur/sous-secteur: 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page