KPMG et Oxford Economics ont recueilli et analysé des données issues d'entretiens avec 1 270 experts de 127 pays participants à travers le monde afin de déterminer la capacité des pays à prévoir le changement, à le gérer et à s'y adapter. Se classant 13e au monde, le Canada se trouve en tête de tous les pays de l'hémisphère occidental, devant les États-Unis (20e rang), le Mexique (42e rang) et le Brésil (59e rang).

Le Change Readiness Index (CRI) (indice de la capacité à gérer le changement) comprend également des données secondaires provenant du Forum économique mondial, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et des Nations Unies. L'indice s'articule autour des trois piliers suivants :

  1. la capacité des entreprises;
  2. la capacité du gouvernement;
  3. la capacité des particuliers et de la société civile.

Principaux conseils à l'intention des investisseurs privés tirés du 2015 Change Readiness Index Report

Le CRI est le seul indice du genre; il mesure des données comme les investissements dans l'infrastructure et les investissements stratégiques de soutien. Selon KPMG, la capacité d'un pays à gérer le changement devrait contribuer à éclairer les décisions en matière d'investissement des secteurs privé et public en soulignant les forces et les faiblesses des pays visés. Les points ci-après comptaient parmi les conseils offerts aux investisseurs privés.

  • Il est nécessaire de réaliser des évaluations des risques plus détaillées dans les pays visés afin de déterminer si, par exemple, le bassin de talents et l'infrastructure sont aptes à soutenir une entreprise en croissance.
  • Les investisseurs peuvent sélectionner des candidats qui affichent un piètre classement dans les principaux piliers et évaluer la possibilité de mener des activités dans des pays en fonction de l'infrastructure, de la technologie, de la culture, du soutien gouvernemental et de la sécurité.
  • Les investisseurs devraient examiner les pays où ils investissent actuellement ou rencontrent des difficultés et se demander si des questions comme la faible adoption de la technologie (la capacité des particuliers et de la société civile) peuvent avoir une incidence sur les perspectives commerciales.

« Acquérir une meilleure compréhension de la capacité d'un pays à accueillir le changement et à en tirer profit permet aux gouvernements, aux décideurs, aux ONG, aux institutions de la société civile, aux agences de développement, aux investisseurs et aux entreprises du secteur privé de repérer les lacunes au chapitre de la capacité et de prendre des décisions plus éclairées en matière d'investissement », expliquent les auteurs du rapport.

Lisez le rapport intégral (en anglais seulement) : The 2015 Change Readiness Index Report

 

Secteur/sous-secteur : 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page