L'Ontario est devenu un vrai carrefour de l'intelligence artificielle, non seulement au Canada, mais à l'échelle mondiale, et la réputation de la province en tant que chef de file mondial de l'IA est en pleine croissance. Il accueille des centres de recherche de calibre mondial, tels que l'Institut Vecteur pour l'intelligence artificielle, et des supporters d'entreprises en démarrage, comme NEXT AI. Que ce soit dans les domaines de la technologie financière, médicale ou autre, certaines des sociétés d'IA les plus prometteuses se trouvent dans la province. Voici quelques-unes des entreprises à surveiller cette année.

Acerta

Le service infonuagique clé de cette société établie à Kitchener-Waterloo offre aux fabricants d'automobiles une façon de détecter les défectuosités ou de prédire les défaillances des véhicules qui sortent de la chaîne de montage ou qui sont déjà sur la route – un gros défi, la plupart du temps négligé. Il y parvient grâce à l'apprentissage machine qui décèle les défauts en temps réel. Cette entreprise a recueilli 2 millions de dollars en capitaux de démarrage grâce, en partie, à sa fondatrice, Greta Cutulenco, qui a établi un contact avec un fabricant mondial de premier niveau, ZF Group, au North American International Auto Show.

Elucid Labs

Établie à l'Université de Waterloo, Elucid Labs est derrière un dispositif portatif faisant appel à l'IA qui peut détecter les affections de la peau, dont le cancer, à un stade précoce. Sa technologie d'intelligence amplifiée saisit une « empreinte » de môles et de lésions pour les traduire en langage clinique afin d'aider les dermatologues à poser un diagnostic. En septembre, l'entreprise a été inscrite au tableau des entreprises novatrices du Canadian Innovation Exchange devant être accueillies au sein du programme annuel du Top 20.

Layer 6 AI

La technologie de Layer 6 AI est conçue pour les grandes entreprises, notamment dans les secteurs de la finance, du cybercommerce, des médias et plus encore. Les solutions d'apprentissage en profondeur de cette société torontoise visent à aider les entreprises à mieux utiliser leurs données. Ses fondateurs, Jordan Jacobs et Tomi Poutanen, sont également cofondateurs de l'Institut Vecteur.

MindBridge.AI

Cette société de technologie financière s'emploie à améliorer la capacité des vérificateurs à ingérer les données financières, à les traiter et à les analyser. Son but ? Fournir aux professionnels de la gestion des risques des résultats plus rapides et des réflexions plus approfondies. Cela les aidera à mieux cerner les risques et à exécuter les vérifications avec un meilleur niveau d'assurance. Business News Network a nommé cette entreprise d'Ottawa son « meilleur perturbateur de 2017 » ; elle a également figuré parmi les sociétés à surveiller au Palmarès Technologie Fast 50 de Deloitte de 2017.

Winterlight Labs

Établie à JLABS @ Toronto dans l'édifice MaRS, WinterLight crée une technologie qui peut diagnostiquer et surveiller les maladies cognitives, comme la démence, à l'aide d'une tablette. L'entreprise a reçu un financement important par voie de subventions, notamment de la part des Centres d'excellence de l'Ontario et de l'Institut ontarien du cerveau, ce qui l'a aidée à recueillir des données de haute qualité qui ont contribué à la mise au point de ses produits.

Deep Genomics

Cette entreprise de biotechnologie de Toronto est en train de construire une plateforme d'IA pour aider les généticiens, les biologistes moléculaires et les chimistes à mettre au point de nouvelles thérapies en utilisant des données biologiques exactes. En 2017, elle a amassé 13 millions de dollars US auprès d'une société de capital de risque de la Silicon Valley dans le but de devenir la première entreprise médicale mondiale basée sur l'IA. Le cofondateur et chef de la direction de Deep Genomics, Brendan Frey, est également membre fondateur de l'Institut Vecteur.

Blue J Legal

Blue J Legal s'emploie à faire en sorte que la loi soit plus transparente et accessible en aidant les professionnels du droit à faire des recherches de façon plus efficace. La solution qu'elle offre analyse les données jurisprudentielles de la common law, permettant à ses utilisateurs de trouver de l'information plus pertinente que celle qu'ils trouveraient en faisant une recherche par simples mots-clés. L'apprentissage machine permet également de faire des prédictions, de sorte que les professionnels du droit puissent prédire la façon dont la cour pourrait se prononcer dans une affaire mettant en cause leurs clients. Blue J Legal est issue du défi IBM Watson à l'Université de Toronto en 2014. En 2015, l'équipe a construit un prototype et, en un an, elle a conclu un partenariat avec Thomson Reuters afin de commercialiser son produit à grande échelle.

Horizons ETFs

Horizons ETFs est la première société de fonds négociés en bourse tirant parti de l'IA au pays. Le fonds tirant parti de l'IA, connu sous le nom de MIND, permet aux investisseurs d'accéder à un portefeuille de FNB d'actions mondiales inscrites sur les marchés nord-américains, qui sont tous choisis par un algorithme d'apprentissage continu qui tient compte des tendances émanant de l'analyse des données. Les émotions et les préjugés personnels sont éliminés du processus d'établissement d'un portefeuille de placement, ce qui améliore la qualité et la rationalité du processus décisionnel.

Integrate.AI

Integrate.AI utilise l'intelligence artificielle pour valoriser les interactions avec les clients. Autrement dit, son but est d'aider les entreprises à prendre des décisions plus éclairées en matière d'expérience client, grâce aux perspectives qu'offre l'IA. La jeune société est dirigée par Steve Irvine, ancien cadre supérieur de Facebook, qui a quitté Silicon Valley pour lancer l'entreprise en 2017. La société, qui compte maintenant près de 50 pour cent de femmes, accorde beaucoup de valeur à la diversité, ce qui explique en grande partie pourquoi elle est établie à Toronto.

Analytics 4 Life

A4L utilise l'apprentissage machine pour mettre au point des appareils médicaux non invasifs efficients. Ses travaux se concentrent en partie sur la détection précoce des maladies coronariennes, grâce à l'analyse avancée des signes physiologiques. Le fondateur et scientifique en chef de l'entreprise, Sunny Gupta, a imaginé cette application pendant un séjour au sein des Forces armées canadiennes. M. Gupta, qui a des antécédents familiaux de cardiopathie, a décidé d'examiner l'applicabilité de l'analyse des signes à la santé cardiovasculaire. Menant ses activités au JLABS @ Toronto, l'entreprise a maintenant une équipe de 20 membres ainsi qu'une autre de 10 membres aux États-Unis.

Secteur/sous-secteur : 

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Parlez-en à un conseiller commercial


Demande d’entretien

Inscrivez-vous à notre bulletin


Ouvrez-en un maintenant

Inscrivez-vous à
notre bulletin

Le formulaire est à des fins commerciales.

Retour en haut de la page