Une vague incroyable de nouvelles technologies automobiles apporte des transformations aussi importantes pour la vieille berline familiale que les téléphones intelligents d'aujourd'hui l'ont fait pour le téléphone à cadran rotatif du passé.

Stationnement parallèle main libre, technologies automatisées de prévention des collisions, systèmes d'infodivertissement avec des vitesses Internet plus élevées que celles auxquelles les gens ont accès chez eux... Ce qui était de la science-fiction autrefois est aujourd'hui aussi réel que la salle d'exposition du concessionnaire de votre quartier.

Soulevez le capot de ces technologies et vous trouverez, cachés parmi les capteurs, les processeurs et les algorithmes des logiciels, la fine pointe des interactions entre l'être humain et la machine.

Bien que la conception de ces composants soit un défi aux enjeux élevés, bien saisir le facteur humain est l'équivalent de découvrir le Saint Graal pour les créateurs de logiciels comme Lixar, d'Ottawa, en Ontario.

Prenons pour exemple la conservation du carburant.

« Une technologie qui surveille votre taux de rendement énergétique en temps réel peut aider les conducteurs à économiser de l'essence et à générer moins de gaz à effets de serre », a déclaré le fondateur et chef de la direction de Lixar, Bill Syrros, au cours d'une récente visite de la nouvelle et vaste installation de conception et de mise au point d'Ottawa. « Cependant, les compétences de la personne qui conduit le véhicule en question ont également une incidence sur la consommation de carburant et les émissions. La technologie doit tenir compte de ces facteurs. »

Le logiciel de Lixar est intégré dans une vaste gamme de nouvelles technologies automobiles fructueuses qui ont remporté des prix CNET, CES et Edison. Les clients de l'entreprise sont des chefs de file de l'industrie comme GM, QNX et Delphi.

Lixar participe à chaque étape de la mise au point de la nouvelle technologie, de la validation de principe à la conception, et de l'architecture du produit à son déploiement. « Nos clients nous font une place à leur table d'innovation », affirme M. Syrros.

Il y a deux ans, Lixar a créé un groupe scientifique d'étude sur les données afin d'explorer comment une meilleure compréhension de l'apprentissage machine, des réseaux neuronaux et de l'intelligence artificielle pouvait aider les conducteurs, même avec quelque chose apparemment aussi terre à terre que l'amélioration du rendement énergétique.

« Aujourd'hui, la technologie permet aux personnes d'en apprendre davantage sur leur voiture », fait observer M. Syrros. « D'ici 2020, c'est votre voiture qui en apprendra davantage sur vous. »

Si l'idée d'avoir une relation « plus intime » avec leur voiture est inconcevable pour certaines personnes, le concept est le terrain de jeu de sociétés comme iNAGO, établie à Toronto et au Japon.

La plateforme logicielle netpeople d'iNAGO est le cerveau derrière un assistant numérique intégré qui peut fournir aux conducteurs une vaste gamme de renseignements – des conditions routières aux recommandations de restaurant –, le tout dans le cadre de conversations en langage naturel.

Une vitrine de la technologie iNAGO

« Ces fonctions sont beaucoup plus perfectionnées que de simples interactions avec l'utilisation de commandes vocales précises et minutieusement formulées », a indiqué le fondateur et chef de la direction d'iNAGO, Ron Di Carlantonio, pendant une présentation dans les bureaux de la société qui se trouvent dans le quartier branché Corktown de Toronto. « Il s'agit de conversations axées sur un objectif, qui ressemblent davantage à des discussions, pendant lesquelles le conducteur parle normalement pour poser des questions et obtenir des renseignements. Rendre l'échange plus naturel et plus intuitif réduit la distraction du conducteur, ce qui rend l'interaction plus sécuritaire. »

iNAGO, qui offre sa plateforme netpeople au Japon depuis 2000, la lance maintenant en Amérique du Nord et dans le reste du monde.

Compte tenu de la nature axée sur l'être humain de cette technologie, il n'est guère étonnant que l'entreprise a avant tout pris en considération des critères axés sur les personnes pour choisir l'endroit où établir son siège social. iNAGO a choisi l'Ontario, au Canada.

« Les compétences en génie de la R-D présentes en Ontario sont extrêmement élevées », a affirmé M. Di Carlantonio. « Les coûts y sont de 30 à 40 pour cent inférieurs à ceux qui prévalent à Silicon Valley et on y trouve un bassin de compétences multilingues et multiculturelles, ce qui peut être un important atout pour mettre au point des produits destinés aux marchés mondiaux. »

L'Ontario est l'une des sociétés les plus diversifiées au monde; environ 50 % de la population de la province est née à l'extérieur du Canada. Il est aussi l'un des rares territoires de compétence dans le monde où des groupements de classe mondiale, spécialisés dans l'automobile et la technologie, travaillent côte à côte. Cette juxtaposition alimente un milieu au sein duquel les entreprises technologiques innovatrices comme Lixar, iNAGO et environ 100 autres œuvrant dans le secteur des véhicules automatisés branchés peuvent s'épanouir et approvisionner des FÉO et des fournisseurs de premier niveau du secteur de l'automobile du monde entier.

Si vous souhaitez voir un aperçu des prochaines technologies automobiles, surveillez ce qui se passe en Ontario.

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page