Des experts en robotique et en intelligence artificielle de l'Ontario et de la Chine discutent de possibilités de collaboration

Des représentants de l'Ontario et de la Chine se sont récemment réunis à Toronto pour explorer des possibilités de collaboration en recherche et en commercialisation dans les domaines de l'intelligence artificielle et de la robotique, deux domaines prioritaires stratégiques pour ces régions.

Un atelier sur la collaboration en robotique et en intelligence artificielle, organisé conjointement par le ministère de la Recherche, de l'Innovation et des Sciences de l'Ontario et le consulat général de la Chine, a attiré 130 experts des milieux universitaire et industriel, dont 50 représentants d'universités et d'entreprises de technologie chinoises, et 80 représentants d'universités, d'entreprises de technologie et de jeunes entreprises ontariennes. Les participants ont discuté des dernières tendances et des nouvelles technologies en intelligence artificielle et en robotique, ainsi que de l'application de l'intelligence artificielle et de la robotique dans le secteur manufacturier, les soins de santé, les services et le domaine des véhicules autonomes. Ils ont échangé sur de possibles collaborations en recherche et en commercialisation, et ont discuté d'une foule de sujets : prochaine génération d'intelligence artificielle, systèmes informatiques inspirés par le cerveau, interfaces utilisateur conversationnelles, robotique chirurgicale pour les pédiatres, micro et nanorobotique, technologie robotisée sous-marine, et bien plus.

« Il y a beaucoup de problèmes non résolus en robotique, et beaucoup d'occasions de collaboration entre des chercheurs de l'Ontario et de la Chine animés des mêmes idées », explique John McPhee, professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en dynamique des systèmes à l'Université de Waterloo, et l'un des animateurs de l'atelier.

C'est cette vision commune et la reconnaissance que l'Ontario et la Chine ont des forces de recherche et d'innovation complémentaires qui ont poussé le gouvernement de l'Ontario et le ministère de la Science et de la Technologie de la Chine (MOST) à mettre en place un programme conjoint de financement de la recherche en 2011. Le Fonds de recherche et d'innovation Ontario-Chine (FRIOC) vise à financer des projets de collaboration en recherche bilatérale stratégique grâce à un investissement maximal de deux millions de dollars (un million versé par l'Ontario et l'autre par la Chine) par année jusqu'en 2022.

À ce jour, 25 projets de collaboration dans huit domaines technologiques ont été financés par le FRIOC. L'appel de propositions du FRIOC, qui sera lancé en automne 2018, visera les domaines de l'intelligence artificielle et de la robotique.

Le récent atelier, duquel ont émergé des possibilités de collaboration en robotique et en intelligence artificielle, démontre l'engagement de l'Ontario et de la Chine à renforcer leur collaboration en science et technologie et à demeurer des partenaires stratégiques de l'innovation à long terme.

« Selon mon expérience, les collaborations les plus fructueuses sont celles qui misent sur des relations existantes », déclare Elissa Strome, directrice de la Stratégie pancanadienne en matière d'IA de l'Institut canadien de recherches avancées (ICRA) et conférencière à l'atelier. « J'encourage les chercheurs chinois et canadiens à exploiter leurs réseaux existants pour développer de nouveaux projets de collaboration et faire avancer la recherche dans les deux pays. »

Elle ajoute qu'une visite en sol chinois des scientifiques, des ingénieurs et des représentants de jeunes compagnies de l'Ontario serait un excellent moyen pour eux d'en savoir plus sur les installations et les technologies actuellement développées par la Chine, et d'explorer d'autres possibilités de collaboration.

12 juin 2018

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Parlez-en à un conseiller commercial


Demande d’entretien

Inscrivez-vous à notre bulletin


Ouvrez-en un maintenant

Inscrivez-vous à
notre bulletin

Le formulaire est à des fins commerciales.

Retour en haut de la page