Bien que l'entreprise en démarrage ontarienne Rubikloud continue son expansion dans le monde, sa R-D restera au Canada

Cofondateur et chef de la direction de Rubikloud

« Notre objectif est de devenir l'entreprise qui changera la vente au détail », explique Kerry Liu, fondateur et chef de la direction de Rubikloud. Même s'il s'agit d'un objectif ambitieux, Rubikloud semble être sur la bonne voie, en prenant les devants sur un nombre croissant d'entreprises en démarrage technologiques axées sur l'intégration de l'apprentissage en profondeur et de l'IA dans le monde de la vente au détail.

Rubikloud permet aux détaillants de passer à l'ère infonuagique, grâce à la migration de données des systèmes existants afin que l'intelligence artificielle et l'apprentissage machine accèdent aux données de manière omniprésente par Internet de façon à prendre des décisions automatisées éclairées. Actuellement, les décisions concernant les stocks, les prix, les programmes de fidélisation et la commercialisation sont fondées sur des données d'analyse faites à la main. L'intelligence artificielle peut donc offrir une solution plus efficace. M. Liu affirme que la plateforme de Rubikloud est de 35 à 50 % plus précise que la gestion manuelle des stocks.

« Les répercussions sont importantes sur le plan financier, indique M. Liu. Elles le sont aussi en matière de réduction des déchets : les déchets alimentaires, les déchets plastiques et les déchets textiles. L'élimination des déchets a une incidence positive sur l'environnement ainsi que sur le résultat net de nos clients. » C'est surtout bon pour la clientèle. « Nous nous assurons que les consommateurs obtiennent ce qu'ils veulent, quand ils le veulent. »

Fondée à Toronto, l'entreprise compte maintenant des bureaux à Londres, au Texas et à Hong Kong. Elle a reçu 45 millions de dollars en financement de capital-risque d'investisseurs internationaux et connaît une croissance rapide depuis qu'elle a terminé le programme de fonds d'accélération du Centre MaRS. M. Liu s'attend à ce que Rubikloud compte 150 employés d'ici la fin de l'année. Bien que l'entreprise continue à poser des jalons sur les marchés mondiaux, les éléments essentiels demeureront au sein de la province. « Nos travaux de recherche et développement et notre apprentissage machine se fait à Toronto. Environ 70 ingénieurs et scientifiques des données travaillent ici. »

La différence entre les faits en matière d'IA et la science-fiction

L'ascension de l'entreprise coïncide avec un essor de l'intelligence artificielle; par le fait même, de nombreux détaillants et fabricants voient l'adoption de l'IA comme une nécessité pour rester concurrentiels. « Certains détaillants investissent dans l'IA parce qu'ils la considèrent comme une voie vers la croissance. D'autres le font parce qu'ils sont terrifiés à l'idée de prendre du retard sur le plan technologique. » M. Liu rit. « Que ce soit par crainte ou par enthousiasme, tout le monde investit dans l'IA. »

Travailler dans le domaine de l'intelligence artificielle signifie qu'il faut fréquemment corriger les fausses idées des gens au sujet de la technologie. « Les gens pensent que nous essayons de recréer un cerveau humain, qui finira par devenir plus intelligent que tout le monde, mais il faut leur faire comprendre une chose. L'IA fait ce qu'on lui demande de faire. »

M. Liu aborde également la préoccupation croissante concernant les conséquences possibles de l'intelligence artificielle sur le rôle des travailleurs humains. Il nous rassure en affirmant que sa plateforme vise à accroître le nombre de travailleurs plutôt qu'à remplacer ces derniers. « La plateforme exécute les parties du travail que nous trouvons très frustrantes. Dans le cadre de son travail, un acheteur est censé passer le plus clair de son temps à négocier avec des entreprises plutôt qu'à faire des analyses financières, explique-t-il. Nous ne remplaçons pas les travailleurs, nous les libérons d'un fardeau. »

Un endroit qui favorise la croissance : Ontario c. Silicon Valley

Rubikloud a pris son envol depuis sa formation au MaRS. « Nous avons bénéficié de nombreux services de soutien du MaRS, indique M. Liu. Ils avaient des ressources nous n'avions pas à l'interne, comme des relations publiques, et ils nous ont présentés à des clients potentiels. » Rubikloud a bénéficié du fonds de capital-risque et du programme de Fonds d'accélération des investissements du MaRS.

Le MaRS et la ville de Toronto ont ressorti comme étant des foyers de talents en matière d'IA. M. Liu affirme que cette reconnaissance a tardé à venir. « Au cours des deux ou trois dernières années, Toronto a reçu beaucoup d'attention concernant l'IA. En vérité, le talent universitaire y est présent depuis les 20 dernières années. » Il a souligné que quelques programmes sont particulièrement influents. « Le programme de mathématiques appliquées à l'informatique à l'Université de Waterloo et le programme d'apprentissage machine de l'Université de Toronto existent depuis des décennies. » C'est pourquoi, malgré son succès international, Rubikloud restera où se trouve le talent. « Nous avons toujours eu une vision mondiale concernant nos investisseurs et nos clients, mais nos principaux travaux de recherche et développement se feront toujours au Canada », explique-t-il.

Article similaire : L'écosystème de l'IA en Ontario alimente le virage mondial vers l'économie numérique

« Être basé en Ontario constitue un avantage concurrentiel. À partir d'ici, nous pouvons amasser des fonds partout dans le monde; le talent est phénoménal et le personnel plus fidèle. Cette culture est différente de celle que vous voyez à Silicon Valley. » Alors que les entrepreneurs ont toujours senti une pression de déménager à Silicon Valley, M. Liu affirme clairement que l'entreprise restera à Toronto. « Il ne faut pas oublier le facteur humain. Je ne compte pas me déraciner pour m'installer à Silicon Valley. J'ai peut-être eu à le faire il y a dix ans, mais je n'ai pas l'intention de le refaire. »

M. Liu envisage un avenir ambitieux pour Rubikloud ici à Toronto. « Nous pouvons devenir une entreprise d'IA nationale de plusieurs milliards de dollars, dit-il. J'ai toujours voulu que cette entreprise soit canadienne. »

Inscrivez-vous à notre bulletin pour rester informé à propos des meilleures entreprises d'IA en démarrage issues du MaRS

Secteur/sous-secteur : 

28 janvier 2019

Partager

  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Parlez-en à un conseiller commercial


Demande d’entretien

Inscrivez-vous à notre bulletin


Ouvrez-en un maintenant

Inscrivez-vous à
notre bulletin

Le formulaire est à des fins commerciales.

Retour en haut de la page