La mine Totten de Sudbury (sur la photo) produit du nickel et du cuivre. L’Ontario est un important producteur et fabricant de nickel, de cuivre, de zinc et de métaux du groupe des platineux.
(Source : Vale Canada)

Les secteurs en forte croissance et la volonté de verdir l’économie stimulent la demande de minéraux critiques; l’Ontario est particulièrement bien placé pour devenir un fournisseur mondial de choix.

C’est probablement la première fois de l’histoire que les gens comptent autant sur la technologie dans leurs activités quotidiennes. La COVID 19 a amplifié notre dépendance aux appareils électroniques, nous rivant encore plus à nos téléphones intelligents et à nos portables. Bon nombre de tâches ordinaires, comme faire des courses, participer à des réunions et discuter avec nos proches, sont maintenant exécutées virtuellement.

Les gens apprécient donc de plus en plus ce que les gouvernements avant-gardistes et les secteurs industriels ont déjà compris : notre économie et notre sécurité financière dépendent des minéraux critiques.

Ces minéraux critiques représentent des ressources pour des applications industrielles, technologiques et stratégiques très spécialisées qui ne connaissent pratiquement aucun substitut viable. Ces secteurs qui dépendent de ces minéraux sont notamment ceux des technologies de l’information et des communications, de l’électronique, de l’énergie, de l’aérospatiale et de la défense, des sciences de la santé et de la vie, et du transport.

De plus en plus de pays font la transition vers les économies vertes et, comme les gouvernements accélèrent l’adhésion à de nouvelles technologies et aux énergies renouvelables, la demande de minéraux critiques provenant de sources fiables, durables et éthiques s’en trouvera accrue.

Le rapport de Bloomberg New Energy Finance, Electric Vehicle Outlook, 2020, indique que d’ici 2040, plus de la moitié des véhicules de passagers vendus seront électriques. Par ailleurs, la Banque mondiale prévoit que la production de graphite, de lithium et de cobalt pourrait augmenter de 500 % pour faciliter la transition vers l’énergie renouvelable.

Chalcopyrite La chalcopyrite, minéral de cuivre, provient de la mine McCreedy West de Sudbury.
(Source : Greg Paju, Commission géologique de l’Ontario)

De nombreux pays ont reconnu l’importance des minéraux critiques pour une relance économique suivie d’une croissance. L’Union européenne, le Japon et les États Unis redoublent d’efforts pour accumuler des réserves nationales de minéraux critiques. Cette accumulation allonge la liste des minéraux critiques et des stratégies. Elle entraîne aussi l’augmentation du risque d’une pénurie mondiale.

Pour l’Ontario, les conditions du marché actuel sont synonymes de débouchés. La grande richesse en minéraux de la province, tout comme ses relations commerciales avec les États Unis, l’Union européenne, la Corée du Sud et le Japon, lui permet de se tailler une place concurrentielle sur la scène mondiale. Grâce à des ressources de nickel, de cuivre, de zinc, et de métaux du groupe des platineux en haut de liste, elle a tout en main pour devenir fournisseur, producteur et fabricant privilégié de certains minéraux critiques.

L’Ontario est déjà une locomotive dans le secteur minier. En 2019, le secteur minier a produit des minéraux d’une valeur de plus de dix milliards de dollars, représentant 25 % de la production totale du Canada. Le secteur agit par ailleurs de catalyseur économique en créant plus de 70 000 emplois directs et indirects. Le secteur présente aussi la plus forte proportion d’employés autochtones dans l’ensemble des secteurs de la province, affichant un taux de 11 %.

Deux mineurs dans une mine
En Ontario, le secteur minier emploie plus de 70 000 personnes.
(Source : Bureau du Conseil des ministres)

L’Ontario se distingue depuis longtemps par sa production de minéraux jugés essentiels par d’autres territoires. Et son potentiel d’exploration et de mise en valeur de minéraux de sources durables et éthiques est immense.

Au cours des dernières années, le secteur minier a réclamé une approche provinciale en matière de minéraux critiques pour exploiter les possibilités d’extraction minière et attirer plus d’investissements étrangers. La nécessité d’améliorer les processus réglementaires ressort souvent comme étant la priorité la plus urgente.

L’Ontario reconnaît l’importance de faciliter l’extraction minière pour les entreprises. C’est pourquoi le ministère de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines prend les mesures nécessaires pour réduire les formalités administratives et créer des possibilités et des emplois tant dans le secteur minier que dans les autres secteurs.

Selon un sondage commandé par l’Association minière du Canada, 83 % de Canadiens sont favorables à la production nationale de minéraux critiques. Et toujours selon ce sondage, 88 % de la population de l’Ontario souhaite que le Canada prenne plus de place sur les marchés mondiaux dans les domaines de l’extraction et de la production de minéraux critiques.

L’Ontario, quant à lui, a une vision ambitieuse pour son secteur minier et continue d’investir de façon stratégique dans les minéraux critiques. En décembre dernier, le gouvernement du Canada et la province de l’Ontario ont chacun versé 5 millions de dollars dans la First Cobalt Corporation, premier et seul producteur d’Amérique du Nord de sulfate de cobalt à faible teneur en carbone et de provenance éthique. Le cobalt est un élément nécessaire à la production de véhicules électriques à longue autonomie. Ce minerai est jugé indispensable par les États Unis et l’Union européenne, et ces derniers lorgnent le secteur minier canadien pour diversifier leurs propres réserves. Ces investissements permettront d’accélérer la production nationale de sulfate de cobalt de qualité batterie, tout en créant des emplois bien rémunérés pour les collectivités du Nord de l’Ontario.

Un autre domaine d’investissement cible de l’Ontario est celui des technologies propres. La province a récemment versé une contribution égale à celle du gouvernement fédéral de 295 millions de dollars en vue de transformer le complexe d’assemblage de Ford du Canada à Oakville. Cette somme représente une étape importante en vue d’obtenir d’autres investissements pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement des véhicules électriques à batterie.

L’Ontario s’impose de plus en plus dans la chaîne d’approvisionnement des véhicules électriques et d’autres chaînes d’approvisionnement importantes (telles que l’acier inoxydable et la haute technologie), la province est donc en bonne voie de devenir un centre névralgique mondial de minéraux critiques.

Pour en apprendre plus sur les moyens pris par l’Ontario pour appuyer l’extraction minière, visitez le site Web https://www.investinontario.com/fr/extraction-miniere.

Secteur/sous-secteur : 

12 février 2021
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook

Parlez-en à un conseiller commercial


Demande d’entretien

Inscrivez-vous à notre bulletin


Ouvrez-en un maintenant

Inscrivez-vous à
notre bulletin

Le formulaire est à des fins commerciales.

Retour en haut de la page