Photo par GM Canada

Au moment où la technologie automobile évolue vers les voitures autonomes, le besoin de recruter des ingénieurs en logiciel qualifiés pour pallier une pénurie de main-d'œuvre de talent se fait sentir. Pour bon nombre de personnes, Silicon Valley peut sembler le meilleur endroit vers lequel se tourner. Ce n'est toutefois pas ce que Mark Reuss, vice-président, développement des produits mondiaux, a dit aux analystes de Wall Street à la conférence d'affaires mondiale des constructeurs d'automobiles. M. Reuss a déclaré avec assurance au monde entier que la société compte sur son partenariat avec l'Université de Waterloo, un établissement qui offre un programme de génie logiciel de renommée mondiale et se trouve près du centre de génie canadien de GM, soit à environ 4 800 km de Silicon Valley.

Mettre au point la technologie des véhicules autonomes à Silicon Valley poserait des problèmes de logistique

Collaborer pour avoir accès à la technologie des véhicules autonomes s'avère un modèle plus efficace que de mettre en poste des ingénieurs en Californie, a expliqué un porte-parole de GM à Auto News (en anglais seulement). Que ce soit au Michigan ou en Allemagne, il est difficile d'intégrer du travail réalisé en Californie au centre de génie d'une société, a-t-il ajouté. C'est pourquoi la chef de la direction de GM, Mary Barra, n'est pas pressée d'y renforcer sa présence. La société a plutôt choisi de miser sur son partenariat de recherche établi de longue date avec l'Université de Waterloo.

Le partenariat de recherche de GM avec l'Université de Waterloo remonte aux années 1960

Le milieu de la recherche à Waterloo n'a pas été étonné par l'annonce de GM. Selon l'Université de Waterloo (en anglais seulement), des cadres supérieurs de la General Motors Corporation, de General Motors Research et de la General Motors du Canada ont visité le campus seulement quelques mois avant la conférence d'affaires mondiale de la société. Ils sont venus pour en savoir davantage sur la recherche axée sur l'innovation qui se fait dans l'ensemble des six facultés et à laquelle participent 125 professeurs, 30 ingénieurs et plus de 260 étudiants aux études supérieures. L'établissement d'enseignement est un chef de file de l'Amérique du Nord au chapitre de la recherche automobile de pointe, et GM soutient l'essor de l'université dans le domaine de la recherche-développement de groupe motopropulseur, de connectivité pour l'infodivertissement et de matériaux avancés.

Parmi les endroits qu'a visités l'équipe de GM figuraient le centre d'impression 3D, le Centre de recherche sur les systèmes radio et d’antennes intelligents (CIARS), le laboratoire des logiciels intégrés, le centre de conception étudiant, le laboratoire de formage et de résistance aux chocs mécaniques et le laboratoire des véhicules mécatroniques de l'Université de Waterloo. Au Tatham Centre, les cadres supérieurs ont pu voir des étudiants coop de l'Université de Waterloo qui réalisent des travaux afin de mettre au point des technologies de véhicules autonomes. General Motors a su tirer parti du programme coopératif solidement établi de l'université et s'en sert pour recruter des personnes talentueuses et leur confier des postes à temps plein en Amérique du Nord et en Chine. L'équipe s'est également arrêtée au Quantum-Nano Centre, au Velocity Garage et à la chambre de réalité virtuelle qu'héberge la plaque tournante Communitech de l'Université de Waterloo. M. Reuss a révélé à The Record, un journal de Waterloo, que les membres de son équipe ont été renversés par ce qu'ils ont vu au cours de leur visite. « Alors que nous nous projetons vers les 20 prochaines années, nous recherchons des endroits susceptibles de regrouper des personnes qui possèdent ces talents. Waterloo est l'un de ces endroits, et c'est la raison pour laquelle nous y sommes », a affirmé M. Reuss.

Découvrez pourquoi l'avenir de l'automobile repose sur l'Ontario

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page