Eddy (Qi) Song croit qu'en recueillant et en traduisant les signaux sensoriels, la technologie prête-à-porter et l'IdO joueront un rôle prépondérant pour aider les gens à profiter d'une vie entièrement numérique. L'entreprise qu'il a fondée et dont il est également chef de la direction, Inlighten Co., utilise la technologie ayant servi à créer des vêtements intelligents pour les festivaliers de la musique et la transforme pour résoudre des problèmes concrets, notamment accroître la sécurité dans la rue et en milieu de travail. Cette technologie peut même embellir la vie des gens souffrant de problèmes de santé mentale et celle de leurs familles.

Eddy, qui préfère qu'on l'appelle par son prénom, est arrivé en Ontario en 2011 pour terminer ses études supérieures en éducation et en gestion d'événements, avant que son sens de la mode et son désir d'épater la clientèle le convainquent qu'il était temps de démarrer une entreprise.

« J'ai toujours aimé porter les vêtements les plus percutants lorsque je sortais avec mes amis », explique-t-il. « J'aime faire connaissance avec des gens et je trouve qu'il s'agit d'un bon moyen d'attirer l'attention. Je portais des chaussures illuminées avant qu'elles deviennent populaires — c'est moi, j'ai toujours aimé être avant-gardiste; je n'ai pas peur d'essayer de nouvelles choses. »

Après avoir terminé une maîtrise en éducation à l'Université Brock, Eddy a travaillé comme intermédiaire entre un fabricant chinois de vêtements et un client à Toronto. Malheureusement, cela ne s'est pas déroulé comme prévu. C'est à ce moment qu'Eddy a eu l'idée de raccrocher son chapeau d'expert-conseil et de se frayer son propre chemin. Jodie Goodfellow, fondatrice de Start-up Fashion Week, l'a aiguillé vers la Fashion Zone de l'Université Ryerson (Ryerson FZ), l'un des premiers programmes accélérés axés sur la mode au Canada.

Fashion Zone de l'Université Ryerson — Un programme accéléré qui a du style

La FZ de l'Université Ryerson collabore avec diverses entreprises, qu'elles confectionnent des vêtements et des accessoires ou qu'elles élaborent des innovations ou des applications de processus mobiles, ou encore des technologiques prêtes-à-porter. Les membres ont accès 24/7 à des bureaux, des tables à dessin et des locaux d'entreposage, des imprimantes 3D, des logiciels de CAO pour l'industrie du vêtement et des machines à coudre industrielles. Depuis 2013, 760 membres se sont inscrits au programme qui a contribué à l'accélération de plus de 140 entreprises, tout en recueillant 30 millions de dollars en financement de capitaux et en produisant 80 millions de dollars en revenus.

Avec un modeste objectif annuel de ventes de 5 millions de dollars pour 2019, Eddy voit l'espace du prêt-à-porter technologique comme étant mûr pour la croissance et les possibilités. « Il existe un besoin d'innovation en matière de matériaux afin de créer des vêtements confortables et beaux — et on considère que c'est un secteur où la conception d'Inlighten peut intervenir pour combler le vide », dit-il. Ces jours-ci, Eddy reçoit beaucoup de compliments chaque fois qu'il porte l'un des produits de son entreprise à un festival de musique ou dans une boîte de nuit, mais les commentaires qu'il a reçus l'ont aussi mis au défi de résoudre des problèmes concrets qui dépassent amplement les dilemmes de la garde-robe. « Nous sommes en pourparlers avec quelques-uns des meilleurs animateurs au monde et certains investisseurs reconnus, et nous recevons toutes sortes de demandes de la part de gens d'influence et de célébrités pour des produits sur mesure — nous avons même été invités à concevoir une robe de mariée. » Cependant, ce que le jeune entrepreneur a trouvé le plus impressionnant est le flot d'enthousiasme de personnes ayant des idées pour utiliser à meilleur escient la technologie d'Inlighten, des réflexions sur la manière de tirer parti des technologies utilisées pour une multitude de secteurs, qu'il s'agisse de protéger les coureurs, les cyclistes et les malvoyants la nuit ou d'améliorer la sécurité sur les chantiers de construction. « Voilà comment j'en suis venu à comprendre que mon entreprise peut faire bien plus que la fête », de conclure Eddy. « Il existe une véritable possibilité d'en faire profiter une multitude de personnes d'une multitude de façons. »

De la tendance mode à la résolution de problèmes concrets

« Imaginez que la veste de votre enfant s'illumine s'il s'éloignait de vous ou encore que la veste de votre animal de compagnie en fasse de même s,il se perdait. » En dotant les vêtements d'un GPS, les gens peuvent non seulement mieux suivre des personnes et des animaux de compagnie, mais les coureurs et les cyclistes peuvent communiquer avec les conducteurs, par exemple en signalant leur intention de s'engager dans un virage. « Nous mettons aussi à l'essai différentes façons de permettre à nos vêtements d'aider les personnes autistes à communiquer, par exemple, en changeant de couleur afin d'indiquer différents niveaux de stress. » Des capteurs biométriques peu coûteux offrent des possibilités illimitées dans un marché qui, selon les estimations, pourrait croître pour atteindre jusqu'à 34 milliards de dollars d'ici 2020.

Lorsqu'on lui demande de décrire son expérience en tant qu'entrepreneur ontarien né en Chine, Eddy fait l'éloge du multiculturalisme, de l'écosystème de soutien aux entreprises en démarrage et de la qualité de vie sans pareille de l'Ontario. « Le sentiment "d'être chez soi" est ce dont parlent mes amis immigrants lorsqu'ils expriment ce qu'ils ressentent à propos de Toronto. C'est un endroit où tout le monde a la possibilité de réussir, et j'ai reçu un immense soutien de la collectivité locale. Nous avons reçu beaucoup de soutien de l'Université Ryerson et de son programme Fashion Zone, de nos amis de Nanoleaf et Tapplock, de l'événement Start-up Fashion Week et, bien sûr, des Centres d'excellence de l'Ontario. »

Conseils à l'intention des entrepreneurs

Eddy conseille ce qui suit à ceux qui envisagent un cheminement en entrepreneuriat : « Lancez-vous; n'ayez pas peur d'essayer de nouvelles choses et de vous salir les mains. » Il souligne également qu'il importe d'être attentif à sa santé mentale qui, bien gérée, peut mener à un rendement et à une productivité élevés. Une routine au réveil, des pratiques de pleine conscience et l'exercice physique sont trois éléments essentiels d'une vie productive. « Il existe encore une stigmatisation en ce qui a trait à la santé mentale, mais c'est une partie importante d'un parcours entrepreneurial réussi. Lorsqu'on devient entrepreneur, l'enthousiasme et les attentes sont aussi accompagnés par les déceptions et l'inquiétude quant à l'avenir. J'habite tout près d'un lac et les promenades en nature sont pour moi une source naturelle d'énergie; je trouve que nous sommes choyés d'avoir un si grand nombre d'espaces verts en ville et dans les environs. Il est également important d'obtenir l'appui de sa famille et de ses amis proches — faites tout ce qu'il faut pour demeurer dans un état mental positif. »

Pourquoi aller voir ailleurs quand c'est possible en Ontario?

En plus d'accroître ses revenus, Eddy cherche à rassembler une plus grande part de ses activités à l'interne alors que son entreprise continue de grandir. « L'année dernière, nous avons confié la R-D à un sous-traitant, mais cette année, nous cherchons des moyens de la réintégrer à nos activités en Ontario. J'ai de la chance d'avoir une équipe qui ne craint pas l'innovation; nous sommes toujours à la recherche de manières d'innover et d'idées nouvelles. Nous sommes des festivaliers, nous aimons la mode et nous sommes toujours très excités par les nouvelles technologies. La technologie prête-à-porter est ce qui nous fait vibrer et je suis convaincu que le fait de faire ce qu'on aime est la clé du succès. »

Secteur/sous-secteur : 

1 mars 2019

Partager

  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Parlez-en à un conseiller commercial


Demande d’entretien

Inscrivez-vous à notre bulletin


Ouvrez-en un maintenant

Inscrivez-vous à
notre bulletin

Le formulaire est à des fins commerciales.

Retour en haut de la page