Les automobiles et les camions devenant de plus en plus intelligents au fil du temps, quel meilleur endroit pour mettre à l'essai la prochaine génération de véhicules branchés à Internet qu'une ville que l'Intelligent Communities Forum a classée parmi ses Sept collectivités les plus intelligentes de l'année en 2011, en 2012 et en 2013? Cette ville, c'est Stratford, en Ontario, au Canada.

Stratford a obtenu son rang élevé parmi des villes de la planète en partie en raison du réseau à large bande sans fil gratuit qui couvre la ville. Une infrastructure numérique de cette ampleur est inhabituelle, même au cœur d'un groupement de haute technologie comme le Sud-Ouest de l'Ontario, ce qui fait de Stratford l'endroit idéal pour effectuer des essais routiers de véhicules branchés à Internet dotés de capteurs, de caméras de détection de proximité et de technologies de prévention des collisions.

L'Automotive Parts Manufacturers Association (APMA) est un des principaux partenaires du projet pilote de 2016. Les technologies des voitures branchées attirent l'attention d'un grand nombre de membres de l'APMA, une tendance que le président de l'organisme, Flavio Volpe, voit comme un résultat naturel de la structure industrielle unique de l'Ontario.

« Certains territoires de compétence ont de solides secteurs des technologies de l'information (TI), d'autres sont forts dans le secteur automobile », a indiqué M. Volpe. « L'Ontario est le seul endroit en Amérique du Nord où vous trouverez des groupements de catégorie mondiale à la fois dans le secteur automobile et dans les TI. »

Le projet pilote de Stratford a suscité un vif intérêt auprès des membres de l'APMA, a indiqué M. Volpe. « Plus de 60 entreprises ont déjà manifesté un intérêt à participer au projet. »

Pour Stratford, le projet pilote est une occasion de poursuivre le potentiel de croissance économique des technologies des voitures branchées et des véhicules autonomes.

« Environ 60 pour cent des emplois du secteur manufacturier de Stratford sont dans le secteur de l'automobile », a déclaré Marlene Coffey, chef de la direction d'InvestStratford, pendant un récent entretien téléphonique. « La technologie numérique est un autre secteur clé, et le campus Stratford de l'Université de Waterloo pourrait participer au projet pilote. »

L'Université de Waterloo, un chef de file nord-américain en génie technologique, est activement engagée dans la recherche sur les véhicules branchés et autonomes.

Le nouveau centre de recherche sur les groupes motopropulseurs GAIA (Green and Intelligent Automotive) de l'Université dont la construction a coûté dix millions de dollars travaille principalement au perfectionnement de technologies automobiles intelligentes, qui réduiront au minimum la consommation de carburant et les émissions de gaz à effet de serre. Financé en partie par un don de un million de dollars consenti par Toyota, GAIA fait partie de WatCAR (Waterloo Centre for Automotive Research), la plus importante collaboration de recherche universitaire sur l'automobile au Canada.

« En termes de capacités de recherche, GAIA est unique en Amérique du Nord », a affirmé le directeur général de WatCAR, Ross McKenzie, pendant une présentation. « En plus d'être directement relié au réseau, l'établissement possède un réseau de 40 capteurs pour surveiller les données sur les véhicules et les groupes motopropulseurs pendant les essais. »

Mais il y a des limites à ce qui peut être accompli, même dans les laboratoires de recherche les plus perfectionnés, ce qui souligne le rôle essentiel des projets pilotes comme celui qui est prévu à Stratford.

Ce n'est qu'en effectuant des essais routiers dans des conditions réelles que les concepteurs peuvent s'assurer qu'ils doivent mettre sur le marché des technologies innovatrices de voiture branchée. Le gouvernement de l'Ontario a ouvert la voie à des projets pilotes en octobre 2015 quand il a annoncé qu'il autoriserait les essais routiers de technologies de véhicules autonomes.

Les attentes sont élevées en ce qui a trait aux données précieuses que permettra de recueillir le projet.

« Selon notre expérience, les partenariats les plus fructueux sont ceux auxquels collaborent les gouvernements, l'industrie et le milieu universitaire », a précisé Marlene Coffey. « Nous voulons tirer parti des technologies numériques qui peuvent aider nos industries traditionnelles à s'adapter et à croître. C'est pourquoi nous avons investi dans une infrastructure de services à large bande, et c'est pourquoi nous explorons ce projet-pilote avec l'APMA. »

Bien qu'il faudra de nombreuses années avant que les véhicules vraiment autonomes puissent circuler sur les routes, les projets pilotes comme celui de Stratford représentent d'importants jalons.

Commentaire : Cette page a-t-elle été utile?

Vous désirez faire des affaires en Ontario?

Parlez-en à un conseiller commercial.

Inscrivez-vous à
notre bulletin


Le présent formulaire est utilisé uniquement à des fins professionnelles.

*Tous les champs sont obligatoires.



Inscrivez-vous à notre bulletin

Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles et des mises à jour d'Investir en Ontario.


Inscrivez-vous

Retour en haut de la page